La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Foot For Love
Taclons la lesbophobie!
Dernier Billet
Les Dégommeuses | 15.10.2014 - 10 h 59 | 4 COMMENTAIRES
« We are ALL football people »: Match de solidarité avec les refugié-e-s LGBT

Image1

 

Image2

 

 

 

 

 

Le réseau européen FARE – Football against racism in Europe – dont les Dégommeuses sont membres, organise chaque année les « Football People Action Weeks », deux semaines de mobilisation contre les discriminations dans le monde du football. Dans ce cadre, l’association Les Dégommeuses organise le 15 octobre un match de solidarité avec les refugié-e-s LGBT.

 

Fuir pour survivre

En 2014, l’homosexualité reste pénalisée – voire criminalisée – dans près de 80 pays sur 193. De fortes régressions ont notamment été observées en Afrique ces dernières années. Pour échapper à la prison, à l’ostracisation, aux violences et souvent aux risques qui pèsent sur leur vie même, chaque jour des gays, des lesbiennes, des bisexuel-le-s et des trans fuient leur pays en espérant trouver un refuge ailleurs ; de préférence dans des pays considérés comme plus avancés en matière de protection des droits des personnes LGBT. La grande majorité des Etats membres de l’Union Européenne ne produisent pas de statistiques sur le nombre de demandeurs d’asile LGBT. Il est donc impossible de fournir des informations précises sur le nombre de personnes concernées au sein de l’UE. Cependant, les informations issues des bases de données de trois pays (Belgique, Norvège et Royaume Uni) confirment que ce sont plusieurs milliers de personnes LGBT qui viennent chercher refuge en Europe chaque année.

 

La carte des droits LGBT (source ILGA adapté pour Wikipedia)

La carte des droits LGBT (source ILGA adapté pour Wikipedia)

 

Des discriminations cumulées

Malheureusement, leur arrivée en Europe ne coïncide pas toujours avec une sérénité retrouvée. En effet, ils éprouvent souvent de grandes difficultés pour faire reconnaître la réalité des persécutions subies dans leur pays d’origine en raison de leur orientation sexuelle et donc pour obtenir des papiers. Ils sont en outre régulièrement victimes de discrimination dans leur pays d’accueil, en tant que personnes migrantes et/ou en tant que personnes LGBT.

Depuis 2011, l’Union européenne reconnaît l’orientation sexuelle et l’identité de genre comme un motif de persécution. Le « rapport » « Fleeing homophobia »[1] établit néanmoins qu’il existe des différences considérables dans la manière dont les Etats Européens examinent les demandes d’asile des personnes LGBT, en fonction des contextes locaux, mais aussi des préjugés homophobes et stéréotypes de genre que reproduisent les institutions et agents étatiques préposés au traitement administratif de ces cas.

Ainsi, l’appréciation de la crédibilité, c’est-à-dire de l’authenticité du récit de la personne demandeuse d’asile, élément au cœur du dossier des réfugié-e-s LGBT, reste assez aléatoire, puisqu’elle repose encore trop souvent sur une représentation archaïque de l’homosexualité comme inversion du masculin et du féminin. Ainsi, les hommes qui n’ont pas des attitudes ostensiblement « efféminées » et les femmes dont le look ou la gestuelle ne sont pas particulièrement « masculines » (a fortiori lorsqu’ils et elles ont été marié-e-s et ont eu des enfants) ont parfois moins de chances de voir leur demande aboutir. Par ailleurs, il existe un risque d’essentialisation de l’homosexualité qui va à l’encontre de la réalité mouvante des trajectoires biographiques et sexuelles, dès lors que le récit que chacun-e doit délivrer au moment de sa demande doit apporter la « preuve » de l’homosexualité, notamment par des détails relatifs aux relations homosexuelles précédemment entretenues ou à la fréquentation de lieux de sociabilités homosexuels. Du reste, ces modes d’attestation de la preuve prennent très mal en compte le fait que les existences homo et bisexuelles sont condamnées au secret dans des pays où l’homosexualité est passible d’une condamnation pénale.

 

Le foot pour s’émanciper et faire solidarité

L’organisation de ce match de foot est destinée à la fois d’abord à alerter l’opinion sur le sort des demandeurs d’asile et sans-papiers LGBT en France et en Europe. Il s’agit également d’interpeller le mouvement sportif quant aux conditions d’accueil à mettre en oeuvre urgemment afin de favoriser la pratique sportive régulière des publics les plus défavorisés et les plus éloignés de celle-ci. Cette rencontre sportive nous offre par ailleurs un espace symbolique pour affirmer les valeurs du partage et de la diversité; et plus basiquement un espace de résistance par le plaisir pour faire face aux difficultés du quotidien.

 

[1]Spijkerboer, T. P. (2011). Fleeing Homophobia. Asylum Claims Related to Sexual Orientation and Gender Identity in Europe.

LES réactions (4)
« We are ALL football people »: Match de solidarité avec les refugié-e-s LGBT
  • Par jougris 15 Oct 2014 - 17 H 20
    Photo du profil de

    Ce problème se résolverat dans les années avenirs mais nous voudrions que ce soit maintenant, ils souffrent pour rien et c’est pas rien.

     
  • Par sossourires 15 Oct 2014 - 16 H 47
    Photo du profil de sossourires

    Initiative géniale
    En France en 2013, les russes ont été le nombre le plus important de demandeurs d’asiles.
    Lorsque j’ai lu cette info, je me suis justement demandée s’il y avait une cause à effet : je pense que vous répondez en partie à ma question.

     
  • Par lesdegommeuses 15 Oct 2014 - 15 H 30
    Photo du profil de lesdegommeuses

    Hello,
    nous avons préféré ne pas donner publiquement l’heure et le lieu du RDV, du fait des contrôles poussés qu’exerce la police en ce moment contre les migrant-e-s en situation irrégulière: http://sanspapiersnifrontieres.noblogs.org/post/2014/10/06/du-13-au-26-octobre-attention-aux-rafles-dans-toute-leurope/
    Vous pouvez néanmoins nous écrire via notre compte FB (https://www.facebook.com/chacha10201) et on vous donnera l’info. Merci de votre compréhension!

     
  • Par Xavier Héraud 15 Oct 2014 - 11 H 23
    Photo du profil de Xavier Héraud

    C’est où et à quelle heure?

     
  • ajouteZ VOTRE réaction
    Publicité