La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Foot For Love
Taclons la lesbophobie!
Dernier Billet
Afrique du Sud | Eudy Simelane | foot | Foot for love | Les Dégommeuses | Lesbiennes | lesbophobie | solidarité internationale | Zanele Muholi | 28.04.2015 - 10 h 53 | 0 COMMENTAIRES
Afrique du Sud : Les autres survivants (in memory of Eudy Simelane)

Dans le vocabulaire glaçant et néanmoins codifié qui est utilisé pour décrire les crimes de haine en Afrique du Sud, le terme « survivors » sert à désigner les gays et les lesbiennes (plus souvent les lesbiennes) qui n’ont pas succombé aux coups et parfois aux sévices de leurs agresseurs. Il y a pourtant d’autres survivants dont on parle peu : les parents, les enfants, les proches de celles et ceux qui sont morts.

Mally et Khotso Simelane vivent toujours dans la même « match box house »[1] de KwaThema, où ils habitaient avec leur fille. Eudy était une véritable gloire dans le quartier : internationale de foot dans l’équipe des Banyana Banyana, elle fut l’une des premières personnalités connues à vivre ouvertement son homosexualité en Afrique du Sud. Le 27 avril 2008, Eudy Simelane fut retrouvée morte face à terre, le corps à moitié dénudé et marqué de 25 blessures à l’arme blanche.

Quand Zanele Muholi, Lindeka Qampi et moi-même avons poussé le petit portail en fer forgé, un jour d’octobre 2014, Mally était assise sur une chaise collée à l’un des murs de la petite cour derrière la maison, dans le menu rectangle d’ombre projeté  par le toit de l’habitation. Elle ne semblait pas étonnée d’avoir de la visite, ni de voir une inconnue en provenance d’Europe débarquer chez elle. Juste contente de nous montrer les archives patiemment constituées au cours du temps, réunissant des articles, des témoignages, et surtout des photos de sa seule fille. Sur le visage de Khotso Simelane, par contre, une grimace de surprise, voire de colère : « Comment pouvons-nous oublier, si vous revenez à chaque fois raviver la douleur ? ».

Khotso Simelane. Les photos de cet article sont de Lindeka Qampi

Khotso Simelane. Les photos de cet article sont de Lindeka Qampi

La difficile gestion du souvenir – et la non moins angoissante peur de l’oubli – ne sont pas le seul enjeu auquel sont confrontées les familles des victimes. Dans des quartiers, comme KwaThema, où le taux de chômage dépasse les 50%, la perte d’un membre actif de la famille représente un préjudice matériel majeur aussi bien qu’un drame personnel. Ce fut le cas, par exemple, pour les proches de Duduzile Zozo, une jeune lesbienne de 26 ans, retrouvée morte le 30 juin 2013, à quelques pas de chez elle, avec une brosse de toilette insérée dans le vagin. Dudu était la seule à travailler dans le foyer et sa disparition a laissé ses parents dans l’indigence, si bien que son enterrement a dû être retardé à cause de l’impossibilité pour la famille de payer les transports et les victuailles nécessaires à la cérémonie.

Mally Simelane a décidé d’honorer la mémoire de sa fille et de conjurer son propre chagrin en se battant pour tous les autres « survivants » : elle anime un groupe d’entraide pour les mères, participe aux funérailles hélas régulières d’autres lesbiennes tuées en raison de leur orientation sexuelle, prend la parole publiquement dès qu’elle le peut pour sensibiliser contre les violences à l’encontre des LGBTI. Elle tente également d’agir pour que les enfants des lesbiennes décédées puissent vivre dignement et bénéficier d’une éducation de qualité.

Hier, son mari et elle ont commémoré le septième anniversaire de la mort de leur fille. Un nouveau jour de deuil et d’évocations, de tristesse mais aussi de souvenirs arrachés à l’indifférence. A l’instar de ce jour d’octobre 2014 où nous lui avons rendu une visite inopinée. En nous raccompagnant vers la voiture, après une matinée passée à discuter, Khotso Simelane nous quittait sur ces paroles : « Je suis content de savoir qu’on se souvient de Eudy jusqu’en France, mais maintenant je vais passer toute la journée à penser à mon enfant. Je ne peux pas l’oublier ».

Veronica Noseda

[1] La « matchbox » est la principale unité d’habitation des townships, reproduite à l’infini le long des rues rectilignes des quartiers réservés aux Noirs. Il s’agit d’une maison de quatre pièces ayant une superficie de 40 mètres carrés. Elle est souvent complétée par des toilettes extérieures et des constructions additionnelles destinées à des locataires ou à d’autres membres de la famille.

LES réactions (0)
Afrique du Sud : Les autres survivants (in memory of Eudy Simelane)

ajouteZ VOTRE réaction
Publicité