La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Foot For Love
Taclons la lesbophobie!
associations | Foot féminin | Les Dégommeuses | militantisme | sport | 05.05.2015 - 11 h 35 | 0 COMMENTAIRES
Rencontre-débat 19 mai 2015: « Prouve-nous que tu es une femme »

L’association Les Dégommeuses a le plaisir de vous inviter à la deuxième séance de son cycle de rencontres-débats  « Femmes, genre et sport »

« Prouve-nous que tu es une femme »

Tests de féminité et autres formes de contrôle médical du corps des sportives

 

Image3

Anaïs Bohuon : « La fabrique médicale des sportives »

Anaïs Bohuon est Maître de conférences UFR STAPS Paris Sud. Elle est notamment l’auteure de « Le test de féminité dans les compétitions sportives » (Editions iXe, 2012).

Chantal Bournissen : « Le point de vue d’une ancienne sportive de haut niveau »

Chantal Bournissen a gagné la Coupe du Monde de descente de ski en 1991. Elle est professeure à la Haute Ecole de Travail Social du Valais (Suisse).

Le mercredi 19 août 2009, la jeune athlète sud-africaine Caster Semenya survolait l’épreuve du 800 mètres, en pulvérisant son record personnel et en surclassant la tenante du titre, la Kenyane Janeth Jepkosgei, avec deux secondes d’avance. Une course magnifique…et trop belle pour être le fait d’une représentante du « sexe faible » ? Le soupçon enfle alors : et si Caster Semenya n’était pas une « vraie » femme ?

Ce cas médiatique a attiré fortement l’attention sur les « tests de féminité », ces pratiques humiliantes que les instances sportives internationales ont plus ou moins systématiquement fait subir aux femmes athlètes depuis les années 60 pour « certifier » leur sexe. Examens gynécologiques, tests chromosomiques et autres techniques médicales ont été mis au service d’une « police du genre » qui sert, en dernière instance, à reproduire une vision binaire et hiérarchique des sexes : en haut de l’échelle sportive, les hommes, forts et performants ; et en bas les femmes, que la « nature » empêchera toujours de rivaliser avec eux…

 

Mardi 19 mai 2015, 19h-21h

Mairie du 20ème arrondissement –  Salle du conseil – 6, place Gambetta, 75020 Paris

Entrée libre, dans la limite des places disponibles

Avec le soutien de

bandeau 2

foot | Foot féminin | Les Dégommeuses | Lesbiennes | lesbophobie | militantisme | sexisme | 30.01.2015 - 09 h 47 | 1 COMMENTAIRES
Agression sexiste et lesbophobe sur un un terrain de foot de la Ville de Paris

Paris, le 30/01/2015

Communiqué conjoint Association Les Dégommeuses/ SOS homophobie

 

« Une équipe féminine de foot agressée par un entraîneur sur un terrain de la ville de Paris »

 

 

Le mercredi 28 janvier 2015, les joueuses de l’équipe féminine de football « Les Dégommeuses » ont été victimes d’actes et propos sexistes et lesbophobes au stade Louis Lumière, à Paris.

A 19h30 tapantes, une représentante des joueuses a demandé poliment à pouvoir occuper le terrain attribué aux Dégommeuses par la Mairie du 20ème arrondissement entre 19h30 et 21h. L’entraîneur d’une équipe de jeunes qui bénéficiait du créneau horaire précédent ne l’entendait pas de cette oreille. Après avoir intimé l’ordre aux jeunes qu’il encadrait de ne pas quitter le terrain, il est devenu de plus en plus agressif, passant aux insultes puis aux menaces physiques.

Choquées par son ton de voix particulièrement inadapté et ses mots grossiers, les joueuses ont d’abord demandé à l’entraîneur de se calmer en lui faisant remarquer qu’il donnait un mauvais exemple aux enfants dont il avait la charge. L’une d’entre elles a alors été violemment prise à partie verbalement : « Je vais te faire bouffer mes couilles dans ta bouche » (sic), tandis qu’une autre se faisait repousser physiquement. Puis l’entraîneur s’est tourné vers les jeunes sous sa responsabilité en les encourageant à se défouler : « allez, regardez, on applaudit les lesbiennes ! ». Cette exhortation a entraîné un déchaînement d’applaudissements collectifs, de cris et de railleries ciblant « les lesbiennes », sous l’œil visiblement satisfait de l’entraîneur, qui continuait lui-même de taper dans ses mains et de proférer des insultes.

La scène a duré plusieurs minutes avant qu’un agent de la municipalité n’intervienne.

L’association Les Dégommeuses, soutenue par SOS homophobie, exprime son choc et sa tristesse face à la gravité des faits qui se sont produits au Stade Louis Lumière, tout en soulignant que des actes similaires se déroulent trop régulièrement sur les terrains de sport sans faire l’objet d’un signalement.

En conséquence, Les Dégommeuses appellent les pouvoirs publics et l’ensemble des fédérations et instances sportives à renforcer urgemment les moyens engagés dans la lutte contre le sexisme et la lesbophobie (mais aussi la gayphobie, la biphobie, la transphobie et le racisme) dans le milieu sportif.

Elles réclament notamment la mise en place de plans de formation incluant des modules obligatoires sur le sexisme, les LGBT-phobies et les stéréotypes de genre, à l’intention des éducateurs, des dirigeants sportifs et des agents municipaux (hommes et femmes). Elles demandent également un renforcement du soutien accordé aux associations qui se consacrent au développement du sport féminin et aux actions de sensibilisation contre le sexisme et les LGBT-phobies.

Elles précisent enfin que la stigmatisation des jeunes impliqués ne serait en aucun cas une réponse valide à l’agression qu’elles ont subie, ceux-ci constituant les premières victimes de l’incompétence et de l’irresponsabilité de certains adultes.

foot | Foot féminin | Les Dégommeuses | militantisme | sexisme | sport | 15.01.2015 - 21 h 17 | 0 COMMENTAIRES
Rencontre-débat: Les pionnières du sport féminin

L’association Les Dégommeuses a le plaisir de vous inviter à la première séance de son cycle de rencontres-débats  « Femmes, genre et sport »

Les pionnières du sport féminin: De la « Course des midinettes » en 1903 à l’essor du foot féminin dans les années 1970

 

bandeau

 

Alice Milliat et le combat pour la reconnaissance internationale du sport féminin

Suzette Robichon, militante féministe, membre des Dégommeuses

L’incroyable histoire des footballeuses du FCF Reims

Armelle Binard, Nadine Julliard et Ghislaine Royer-Souef, anciennes joueuses du FCF Reims et membres de la première équipe nationale de foot féminin.

 

L’entrée des femmes dans le sport a été aussi difficile que dans d’autres domaines. Paradoxalement, la mobilisation des hommes au combat durant la première guerre mondiale favorise pourtant le développement et l’intérêt pour le sport féminin en Europe. Des championnats nationaux de football féminin (mais aussi de basket, hockey, natation) sont mis en place en France, peu après la fin de la guerre. L’engouement est tel que le premier match international de foot féminin, qui oppose une formation anglaise de Preston (les Dick Kerr’s Ladies) et une sélection des meilleures joueuses françaises, déplace plus de 25 000 spectateurs à Manchester, le 29 avril 1920. Si la française Alice Milliat se consacre inlassablement à la légitimation du sport féminin sur la scène internationale, la pratique physique et sportive apparaît aux yeux de beaucoup comme un dangereux vecteur d’émancipation des femmes. Les résistances sont souvent masquées par de prétendues justifications médicales mais pas moins opérantes. Après une longue période de mise en sommeil (et d’interdiction formelle), le foot féminin connaît un renouveau à partir de 1968. Il est incarné par les exploits des joueuses du FCF Reims, qui vont constituer l’ossature de la toute première équipe de France officielle. Au départ, il ne s’agissait que d’une blague…

 

Mardi 27 janvier, 19h-21h

Mairie du 2ème arrondissement –  Salle des expositions – 8 Rue de la Banque, 75002 Paris

Entrée libre, dans la limite des places disponibles

Accès aux personnes sourdes et malentendantes (sur inscription à l’adresse lesdegommeuses@gmail.com)

 Avec le soutien de

bandeau 2

Foot féminin | Les Dégommeuses | sport | 23.09.2014 - 18 h 19 | 2 COMMENTAIRES
La fin du foot à papa ?

Après la défaite du Real Madrid contre l’Atletico il y a 8 jours, l’entraîneur du Real, Carlo Ancelotti a mis en cause l’engagement de ses joueurs en se distinguant par cette remarque : « Football is not a game for señoritas » (« le foot n’est pas un sport de demoiselles »). Ironie du sort, cette sortie à caractère à la fois sexiste et homophobe intervient au lendemain d’une conférence organisée par la FIFA, en partenariat avec FARE (Réseau européen d’acteurs engagés contre les discriminations) et Fifpro (syndicat international des joueurs professionnels), dont le mot d’ordre était « Respect diversity ».

Si l’UEFA a souvent été décriée pour son conservatisme – un peu moins que son pendant intercontinental, la FIFA, mais quand même! – , force est de reconnaitre les changements récents impulsés par l’organisation. En 2013, l’UEFA avait sensiblement durci son dispositif de mesures à l’encontre des acteurs coupables d’actes et propos discriminatoires, et leur application est devenue plus systématique. La conférence qui se tenait à Rome les 10 et 11 septembre 2014 a permis d’enclencher une vitesse supérieure dans la quête d’un football européen plus inclusif, en tout cas en termes d’affichage politique. Ainsi Michel Platini a introduit la conférence en n’hésitant pas à affirmer : « Le football à papa, c’est fini ! » ; ceci avant que ne soit dévoilé le tout nouveau clip vidéo de la campagne UEFA « Respect », qui met en scène entre autres la footballeuse lesbienne Casey Stoney et l’ex-international de foot allemand sorti du placard récemment, Thomas Hitzlsperger.

10603623_10152714581456240_7881246652821534786_n

Michel Platini a prononcé un discours offensif en ouverture de la conférence

La première journée de la conférence a servi à mettre en lumière des bonnes pratiques déjà à l’oeuvre en Europe en matière de promotion de la diversité. Mais surtout elle a permis de pointer les avancées réalisées en matière d’intégration des femmes dans les sphères dirigeantes, avec une table-ronde exclusivement féminine. Les quatre invitées – parmi lesquelles figurait Karen Espelund, toute première femme nommée au sein du comité exécutif de l’UEFA en 2011 – ont vanté les nouveaux programmes de l’UEFA dédiés à la participation des femmes*. Mais elles ont aussi insisté sans faux-semblant sur la nécessité de passer du stade des belles déclarations à un véritable plan d’action avec des objectifs clairs à moyen terme.

La seconde journée de la conférence a été un peu plus décevante. Elle a débuté avec différents ateliers, dont l’un était consacré à la lutte contre l’homophobie (« Tackling homophobia »). Le fait qu’aucun représentant de club de haut niveau ou de fédération  nationale n’ait daigné assister à cet atelier en dit long sur la priorisation de ce combat à l’échelle européenne, même si les workshops organisés en parallèle étaient tous dignes d’intérêt. Les participants (essentiellement des représentants associatifs issus de la communauté LGBT) ont posé comme principale revendication que l’UEFA cesse d’utiliser le mot racisme pour désigner ĺ’ensemble des discriminations, estimant que l’on ne parviendrait pas à lutter efficacement contre l’homophobie si l’on continuait à hésiter sur les termes à employer pour la qualifier. Ce constat fait suite notamment aux sanctions qui ont été prononcées par l’UEFA contre le Bayern Munich après un match de Ligue des Champions au cours duquel des supporters allemands avaient déployé une banderole caricaturant Mesut Özil, un canon tourné vers son postérieur, avec la mention « Gay Gunners* » (« cannoniers gays »). En conséquence, le Bayern avait été enjoint de payer une amende de 10 000€ (seulement!) et la tribune d’où provenait la banderole avait été fermée au match de Ligue des Champions suivant. Des bannières de l’UEFA disant « Non au racisme » avaient alors été disposées dans les travées vides.

Bien_Y5IUAAQNZJ

La banderole des supporters du Bayern que l’UEFA avait dénoncée comme… « raciste » (mars 2014)

Après la mise en commun des conclusions des différents ateliers en séance plénière,  des joueurs professionnels étaient conviés à partager leur expérience et leur point de vue sur l’état de la lutte contre le racisme dans les stades de football principalement. Malheureusement, pas de présence féminine sur scène cette fois, juste un enregistrement vidéo avec Laura Georges, la joueuse de du PSG et de l’équipe de France. Le peu d’attention dont jouit encore le foot féminin a, de fait, été l’objet de débat. En effet, comme l’ont rappelé les Dégommeuses dans une question adressée au représentant de la UEFA sur scène, la focale portée sur la présence des femmes dans les instances dirigeantes n’épuise pas la question de l’invisibilité et du déficit de reconnaissance des femmes dans le monde du football. Et la concentration des efforts symboliques et financiers sur le foot masculin dans la lutte contre les discriminations est un symptôme de ce manque de reconnaissance toujours patent, qui s’accommode parfaitement de la reproduction des stéréotypes de genre (cf. l’idée la femme « par nature » non violente et inoffensive). L’interview vidéo de Laura Georges, qui était focalisée essentiellement sur les craintes que celle-ci pouvait ressentir en tant que mère face aux débordements racistes et violents des supporters, était décevante de ce point de vue.

Malgré la table-ronde 100% féminine : "Why equality matters?", le foot féminin n'a été que peu abordé pendant la conférence

Malgré la table-ronde 100% féminine : « Why equality matters? », le foot féminin n’a reçu que peu d’attention à Rome

La « fin du foot à papa » n’est certainement pas pour demain. Pour l’heure, il est temps qu’une véritable politique de promotion du foot féminin et de lutte contre les discriminations visant aussi les actrices et acteurs du foot féminin soit mise en place. Car non, le racisme, l’homophobie, et même le sexisme, n’existent pas que dans le foot masculin. De façon plus générale, il serait opportun que l’UEFA et l’ensemble des fédérations nationales encouragent et accompagnent plus fortement la mobilisation des acteurs et actrices oeuvrant à la base de la pyramide pour faire une place aux minorités les plus opprimées (les réfugiés, les pauvres, etc.), sur et en dehors des terrains de foot, en inventant des dispositifs novateurs pour lever les freins à la pratique sportive ou en faisant un travail de sensibilisation de proximité.

Cécile Chartrain

* Voir en particulier le programme « Women’s Leadership », destiné à accélérer l’accès des femmes aux postes à responsabilité dans les fédérations nationales.

** Les « Gunners », c’est le surnom traditionnellement donné aux joueurs d’Arsenal.

 

 

Publicité