La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Foot For Love
Taclons la lesbophobie!
Afrique du Sud | Eudy Simelane | foot | Foot for love | Les Dégommeuses | Lesbiennes | lesbophobie | solidarité internationale | Zanele Muholi | 28.04.2015 - 10 h 53 | 0 COMMENTAIRES
Afrique du Sud : Les autres survivants (in memory of Eudy Simelane)

Dans le vocabulaire glaçant et néanmoins codifié qui est utilisé pour décrire les crimes de haine en Afrique du Sud, le terme « survivors » sert à désigner les gays et les lesbiennes (plus souvent les lesbiennes) qui n’ont pas succombé aux coups et parfois aux sévices de leurs agresseurs. Il y a pourtant d’autres survivants dont on parle peu : les parents, les enfants, les proches de celles et ceux qui sont morts.

Mally et Khotso Simelane vivent toujours dans la même « match box house »[1] de KwaThema, où ils habitaient avec leur fille. Eudy était une véritable gloire dans le quartier : internationale de foot dans l’équipe des Banyana Banyana, elle fut l’une des premières personnalités connues à vivre ouvertement son homosexualité en Afrique du Sud. Le 27 avril 2008, Eudy Simelane fut retrouvée morte face à terre, le corps à moitié dénudé et marqué de 25 blessures à l’arme blanche.

Quand Zanele Muholi, Lindeka Qampi et moi-même avons poussé le petit portail en fer forgé, un jour d’octobre 2014, Mally était assise sur une chaise collée à l’un des murs de la petite cour derrière la maison, dans le menu rectangle d’ombre projeté  par le toit de l’habitation. Elle ne semblait pas étonnée d’avoir de la visite, ni de voir une inconnue en provenance d’Europe débarquer chez elle. Juste contente de nous montrer les archives patiemment constituées au cours du temps, réunissant des articles, des témoignages, et surtout des photos de sa seule fille. Sur le visage de Khotso Simelane, par contre, une grimace de surprise, voire de colère : « Comment pouvons-nous oublier, si vous revenez à chaque fois raviver la douleur ? ».

Khotso Simelane. Les photos de cet article sont de Lindeka Qampi

Khotso Simelane. Les photos de cet article sont de Lindeka Qampi

La difficile gestion du souvenir – et la non moins angoissante peur de l’oubli – ne sont pas le seul enjeu auquel sont confrontées les familles des victimes. Dans des quartiers, comme KwaThema, où le taux de chômage dépasse les 50%, la perte d’un membre actif de la famille représente un préjudice matériel majeur aussi bien qu’un drame personnel. Ce fut le cas, par exemple, pour les proches de Duduzile Zozo, une jeune lesbienne de 26 ans, retrouvée morte le 30 juin 2013, à quelques pas de chez elle, avec une brosse de toilette insérée dans le vagin. Dudu était la seule à travailler dans le foyer et sa disparition a laissé ses parents dans l’indigence, si bien que son enterrement a dû être retardé à cause de l’impossibilité pour la famille de payer les transports et les victuailles nécessaires à la cérémonie.

Mally Simelane a décidé d’honorer la mémoire de sa fille et de conjurer son propre chagrin en se battant pour tous les autres « survivants » : elle anime un groupe d’entraide pour les mères, participe aux funérailles hélas régulières d’autres lesbiennes tuées en raison de leur orientation sexuelle, prend la parole publiquement dès qu’elle le peut pour sensibiliser contre les violences à l’encontre des LGBTI. Elle tente également d’agir pour que les enfants des lesbiennes décédées puissent vivre dignement et bénéficier d’une éducation de qualité.

Hier, son mari et elle ont commémoré le septième anniversaire de la mort de leur fille. Un nouveau jour de deuil et d’évocations, de tristesse mais aussi de souvenirs arrachés à l’indifférence. A l’instar de ce jour d’octobre 2014 où nous lui avons rendu une visite inopinée. En nous raccompagnant vers la voiture, après une matinée passée à discuter, Khotso Simelane nous quittait sur ces paroles : « Je suis content de savoir qu’on se souvient de Eudy jusqu’en France, mais maintenant je vais passer toute la journée à penser à mon enfant. Je ne peux pas l’oublier ».

Veronica Noseda

[1] La « matchbox » est la principale unité d’habitation des townships, reproduite à l’infini le long des rues rectilignes des quartiers réservés aux Noirs. Il s’agit d’une maison de quatre pièces ayant une superficie de 40 mètres carrés. Elle est souvent complétée par des toilettes extérieures et des constructions additionnelles destinées à des locataires ou à d’autres membres de la famille.

foot | Foot féminin | Les Dégommeuses | Lesbiennes | lesbophobie | militantisme | sexisme | 30.01.2015 - 09 h 47 | 1 COMMENTAIRES
Agression sexiste et lesbophobe sur un un terrain de foot de la Ville de Paris

Paris, le 30/01/2015

Communiqué conjoint Association Les Dégommeuses/ SOS homophobie

 

« Une équipe féminine de foot agressée par un entraîneur sur un terrain de la ville de Paris »

 

 

Le mercredi 28 janvier 2015, les joueuses de l’équipe féminine de football « Les Dégommeuses » ont été victimes d’actes et propos sexistes et lesbophobes au stade Louis Lumière, à Paris.

A 19h30 tapantes, une représentante des joueuses a demandé poliment à pouvoir occuper le terrain attribué aux Dégommeuses par la Mairie du 20ème arrondissement entre 19h30 et 21h. L’entraîneur d’une équipe de jeunes qui bénéficiait du créneau horaire précédent ne l’entendait pas de cette oreille. Après avoir intimé l’ordre aux jeunes qu’il encadrait de ne pas quitter le terrain, il est devenu de plus en plus agressif, passant aux insultes puis aux menaces physiques.

Choquées par son ton de voix particulièrement inadapté et ses mots grossiers, les joueuses ont d’abord demandé à l’entraîneur de se calmer en lui faisant remarquer qu’il donnait un mauvais exemple aux enfants dont il avait la charge. L’une d’entre elles a alors été violemment prise à partie verbalement : « Je vais te faire bouffer mes couilles dans ta bouche » (sic), tandis qu’une autre se faisait repousser physiquement. Puis l’entraîneur s’est tourné vers les jeunes sous sa responsabilité en les encourageant à se défouler : « allez, regardez, on applaudit les lesbiennes ! ». Cette exhortation a entraîné un déchaînement d’applaudissements collectifs, de cris et de railleries ciblant « les lesbiennes », sous l’œil visiblement satisfait de l’entraîneur, qui continuait lui-même de taper dans ses mains et de proférer des insultes.

La scène a duré plusieurs minutes avant qu’un agent de la municipalité n’intervienne.

L’association Les Dégommeuses, soutenue par SOS homophobie, exprime son choc et sa tristesse face à la gravité des faits qui se sont produits au Stade Louis Lumière, tout en soulignant que des actes similaires se déroulent trop régulièrement sur les terrains de sport sans faire l’objet d’un signalement.

En conséquence, Les Dégommeuses appellent les pouvoirs publics et l’ensemble des fédérations et instances sportives à renforcer urgemment les moyens engagés dans la lutte contre le sexisme et la lesbophobie (mais aussi la gayphobie, la biphobie, la transphobie et le racisme) dans le milieu sportif.

Elles réclament notamment la mise en place de plans de formation incluant des modules obligatoires sur le sexisme, les LGBT-phobies et les stéréotypes de genre, à l’intention des éducateurs, des dirigeants sportifs et des agents municipaux (hommes et femmes). Elles demandent également un renforcement du soutien accordé aux associations qui se consacrent au développement du sport féminin et aux actions de sensibilisation contre le sexisme et les LGBT-phobies.

Elles précisent enfin que la stigmatisation des jeunes impliqués ne serait en aucun cas une réponse valide à l’agression qu’elles ont subie, ceux-ci constituant les premières victimes de l’incompétence et de l’irresponsabilité de certains adultes.

foot | Foot féminin | Les Dégommeuses | militantisme | sexisme | sport | 15.01.2015 - 21 h 17 | 0 COMMENTAIRES
Rencontre-débat: Les pionnières du sport féminin

L’association Les Dégommeuses a le plaisir de vous inviter à la première séance de son cycle de rencontres-débats  « Femmes, genre et sport »

Les pionnières du sport féminin: De la « Course des midinettes » en 1903 à l’essor du foot féminin dans les années 1970

 

bandeau

 

Alice Milliat et le combat pour la reconnaissance internationale du sport féminin

Suzette Robichon, militante féministe, membre des Dégommeuses

L’incroyable histoire des footballeuses du FCF Reims

Armelle Binard, Nadine Julliard et Ghislaine Royer-Souef, anciennes joueuses du FCF Reims et membres de la première équipe nationale de foot féminin.

 

L’entrée des femmes dans le sport a été aussi difficile que dans d’autres domaines. Paradoxalement, la mobilisation des hommes au combat durant la première guerre mondiale favorise pourtant le développement et l’intérêt pour le sport féminin en Europe. Des championnats nationaux de football féminin (mais aussi de basket, hockey, natation) sont mis en place en France, peu après la fin de la guerre. L’engouement est tel que le premier match international de foot féminin, qui oppose une formation anglaise de Preston (les Dick Kerr’s Ladies) et une sélection des meilleures joueuses françaises, déplace plus de 25 000 spectateurs à Manchester, le 29 avril 1920. Si la française Alice Milliat se consacre inlassablement à la légitimation du sport féminin sur la scène internationale, la pratique physique et sportive apparaît aux yeux de beaucoup comme un dangereux vecteur d’émancipation des femmes. Les résistances sont souvent masquées par de prétendues justifications médicales mais pas moins opérantes. Après une longue période de mise en sommeil (et d’interdiction formelle), le foot féminin connaît un renouveau à partir de 1968. Il est incarné par les exploits des joueuses du FCF Reims, qui vont constituer l’ossature de la toute première équipe de France officielle. Au départ, il ne s’agissait que d’une blague…

 

Mardi 27 janvier, 19h-21h

Mairie du 2ème arrondissement –  Salle des expositions – 8 Rue de la Banque, 75002 Paris

Entrée libre, dans la limite des places disponibles

Accès aux personnes sourdes et malentendantes (sur inscription à l’adresse lesdegommeuses@gmail.com)

 Avec le soutien de

bandeau 2

foot | Les Dégommeuses | militantisme | 01.03.2014 - 16 h 50 | 0 COMMENTAIRES
Open Games in Russia: LGBT propaganda

Propaganda #1: Nastya, organizer

 

Propaganda #2: Tanja, organizer

Propaganda #2: Tanja, organizer

Propaganda #2: Yulia, organizer

Propaganda #3: Yulia, organizer

Propaganda #: Elena, player

Propaganda #4 : Elena, player

Propaganda #7: Yulia, referee

Propaganda #5: Yulia, referee

Propaganda #8: Irina, player

Propaganda #6: Irina, player

Propaganda: Cyril, volunteer

Propaganda #7 : Cyril, volunteer

foot | Les Dégommeuses | militantisme | 27.02.2014 - 11 h 06 | 1 COMMENTAIRES
Ouverture des Open Games à Moscou : cette cérémonie sans applaudissements…

Étiquettes : , ,

(English below)

Quelques heures avant le début de la Cérémonie d’ouverture des Open Games, alors que la délégation française survolait encore les bois de bouleaux recouverts de neige, la fédération sportive LGBT russe vivait l’enfer : plus de la moitié des sites sportifs déclaraient forfait, l’hôtel censé accueillir une quarantaine d’athlètes LGBT venus de toute la  Russie faisait savoir qu’il annulait la réservation parce que « un groupe d’enfants était logé à l’hôtel » et même le lieu de déroulement  de la cérémonie, réservé depuis des semaines, n’était finalement plus disponible. Ainsi va la vie des lesbiennes, gays, trans dans la Russie de Poutine. Une vie de sous-entendus sournois, de harcèlement policier, de pressions gouvernementales, mais aussi de solidarité communautaire et de détermination sans faille pour continuer à résister et être visibles. « Ces jeux auront bien lieu », déclaraient donc hier Konstantin Iablotski et Viktor Romanov, les fondateurs de la Fédération sportives gay et lesbiennes russe, lors de la cérémonie d’ouverture improvisée au sous-sol d’un bar du centre ville de Moscou. Une cérémonie, il faut le souligner, qui avait l’allure d’une rencontre clandestine : non seulement elle avait lieu derrière un épais rideau surveillé, mais les applaudissements y étaient interdits, par peur d’attirer l’attention des autres clients du bar. C’est en secouant les mains en l’air que le public muet a exprimé tout au long de la soirée sa grande émotion et le bonheur d’être là.

Pas d'applaudissements pour ne pas attirer l'attention

Pas d’applaudissements pour ne pas attirer l’attention

Parmi les moments forts de la cérémonie, le déploiement du drapeau arc-en-ciel amené depuis la France par la délégation de Paris 2018, qui accueillera les Gay Games dans quatre ans. Ce même drapeau avait traversé Paris et Rennes lors du Relais pour l’Egalité qui avait été organisé en correspondance de l’ouverture des Jeux de Sotchi. Elvina Yuvakaeva, l’une des organisatrices de Open Games, a remercié la trentaine de personnes venues de l’étranger en signe de solidarité avec la communauté LGBT russe, soulignant que « les soutiens internationaux ont été et continuent à être déterminants » dans l’organisation des Open Games et dans la bataille pour les droits des LGBT en Russie.*

La délégation de Paris 2018 avec le drapeau arc-en-ciel du relais pour l’égalité

Le clou de la cérémonie à été l’arrivée sur scène de Greg Louganis. Le plurimédaillé olympique, ouvertement gay et séropositif, a salué le courage et la ténacité de ses  hôtes et a lu une lettre qu’il a écrite à son « soi » âgé de 16 ans. « Je sais que tu ne me crois pas, mais les choses vont s’améliorer, et que ces années noires vont être derrière toi » a-t-il affirmé, ému, évoquant notamment une tentative de suicide à l’adolescence.  « Tu vas tomber plusieurs fois, mais tu vas te relever,  tu vas aimer ta vie et les gens qui la partageront avec toi », a-t-il conclu devant des dizaines de mains levées en signe d’émotion partagée. Un message d’espoir dont ont bien besoin les jeunes LGBT russes aujourd’hui.

(Translation: Mark Naimark for gaygames.org)

A few hours before the start of opening ceremony of the Russian Open Games, while the French delegation was still flying over the snow-covered birch forests, the Russian LGBT Sports Federation was going through hell. More than half the sports venues had canceled. The hotel that was supposed to house forty athletes from all over Russia canceled as well, giving the excuse that “a group of children was staying at the hotel”. Even the club where opening ceremony was to take place, which had been reserved for several weeks, was “no longer available”.

This is the life of LGBTs in Putin’s Russia. A life of nasty suggestions, of police harassment, of government pressure. But also a life of community solidarity and steadfast determination to continue to resist and to remain visible. “The games will take place”, assured Konstantin Yablotskiy and Viktor Romanov, founders of the Russian LGBT Sports Federation at the opening ceremony, organized at the last minute in the basement of a bar in the center of Moscow. A ceremony that seemed more like a clandestine meeting: behind a thick curtain, carefully monitored to prevent outsiders from entering, no applause, lest it draw attention from the other patrons of the bar. Those present adopted the deaf form of applause, turning their upraised hands, to express throughout the evening their emotion and happiness at being present.

Among the highlights of the ceremony, the presentation of the rainbow flag brought from France by Paris 2018, host of the tenth edition of the Gay Games. This same flag had been carried through Paris and other cities in France as part of the Remote Pride House “Relays for Equality” organized by the Réseau Egalité in solidarity with Sochi. Elvina Yuvakaeva, chair of the ROG, thanked the thirty-odd foreigners present for their solidarity with the Russian LGBT community. She stated that “international support has been and continues to be essential” in the organization of the ROG and the defense of LGBT rights in Russia.

But the most silent applause was for Greg Louganis. The multimedal Olympic divers, gay and HIV-positive, saluted the courage and tenacity of our hosts. He read a letter he wrote to himself at age 16 (read it here): “I know you won’t believe me, but it will get better, and these dark years will soon be behind you”, moved as his spoke of a teenage suicide attempt. “You will fall and fall again, but you’ll pick yourself up. You will love life and the people who share it with you,” he concluded to the sight of dozens of hands raised in silent applause for a message of hope to be heard by young Russian LGBTs today.

foot | sexisme | sport | 15.01.2014 - 10 h 33 | 3 COMMENTAIRES
Ibrahimovic (et footdelles.com) zlatanés par le sexisme

Étiquettes : , , , ,

Les Dégommeuses réagissent aux propos de Zlatan sur Lotta Schelin, mais aussi à l’article « La fausse polémique Zlatan » paru sur le site Footdelles.com

En octobre dernier, les Dégommeuses menaient une action de sensibilisation contre le sexisme et l’homophobie, devant le Parc des Princes, à destination des supporters venus assister au match PSG-Bastia. Connaissant la passion des supporters parisiens pour Zlatan Ibrahimovic, et non sans y avoir réfléchi à deux fois[1], nous avons osé ce slogan : « Zlatanons le sexisme ». Malheureusement, les récentes déclarations du champion suédois nous font penser que c’est plutôt le sexisme qui a « zlatané » Ibra !

En effet, avec l’arrogance qu’on lui connaît, l’attaquant vedette du PSG s’est indigné d’avoir été comparé… à une femme ! « Quand je suis à l’étranger, on me compare à Messi et Ronaldo. Quand je rentre en Suède, on me compare à des footballeuses. L’été dernier on m’a demandé : « Qui est le meilleur : Lotta Schelin ou vous ?  (…) Non mais c’est une blague ou quoi ?! ». Comprenez : on ne peut pas comparer un footballeur à une footballeuse, parce qu’un homme qui joue au foot est  intrinsèquement plus fort et plus performant qu’une femme, c’est la nature qui le veut… Imparable, non ? Sauf, qu’à y regarder de plus près, les choses sont moins évidentes qu’il n’y paraît. Si on ne peut pas comparer Lotta Schelin à Zlatan, est-ce beaucoup moins extravagant de mettre sur le même plan Lionel Messi, qui mesure à peine 1,69cm pour 67kg, et le colosse Ibrahimovic, qui peut compter sur 25 centimètres et 30 kilos de muscles de plus que « la puce » du FC Barcelone ? Pourtant, personne ne s’offusque de cette comparaison, pas même Zlatan. Messi est d’ailleurs devenu le premier joueur à remporter quatre ballons d’or d’affilée et nombreux sont ceux qui considèrent qu’un autre lutin argentin – Diego Maradona – restera comme le meilleur joueur de l’histoire du football. Sur ce constat, les commentateurs sportifs continuent de vendre du rêve aux passionnés de foot du monde entier en leur présentant volontiers le football comme « ce sport dans lequel il est possible de réussir sans avoir un physique de titan. Au final, la seul pensé, la barrière symbolique suprême et infranchissable, est bien celle qui sépare les hommes et les femmes : toute comparaison est réfutée a priori – « ça ne se discute pas ! ».

Le « titan » Ibra, avec la « pulga » Messi

Avec cette histoire, nous sommes donc véritablement au cœur des manifestations du sexisme dans le sport. La supposée différence des sexes est ancrée – et maintenue bien figée – dans la nature pour justifier la hiérarchie des sexes : les écarts de salaires entre joueurs et joueuses, la différence de traitement médiatique qui pénalise les sportives, le dénigrement systématique que doivent subir les femmes qui s’aventurent sur des terrains de jeu traditionnellement réservés aux hommes. Certains se défendent de toute attitude sexiste en nous expliquant que, nous les femmes, avons aussi nos domaines sportifs de prédilection (rassurez-vous mesdames, personne ne s’offusquera de votre domination en patinage artistique, où votre grâce « naturelle » fait tellement merveille). Les mêmes, et d’autres encore, avancent à l’emporte-pièce – comme dans l’article publié par footdelles.com qui nous amène à réagir aujourd’hui – que si « la comparaison [entre foot masculin et foot féminin] ne tient pas la route », c’est parce que « trop d’aspects distinguent encore ces deux pratiques [sic] : la médiatisation, l’argent généré, l’audience dans les stades, l’histoire »… Mais, enfin, qui pour rappeler que la notoriété et les profits générés par Hope Solo ou Abby Wambach sur le continent nord-américain dépassent globalement ceux de leurs homologues masculins ? Qui pour signaler que si le foot féminin n’a pu se développer à la hauteur du foot masculin en Europe, c’est tout simplement parce que son succès, au début du siècle dernier, fut tel que certains prirent peur qu’il permette aux femmes une trop grande émancipation et préférèrent alors l’interdire purement et simplement ? Qui pour expliquer encore que les normes autour duquel ce sport s’est construit ont été et continuent d’être façonnées pour correspondre à des corps masculins (qu’on s’arrête ne serait-ce qu’un instant pour penser à la taille des cages au lieu de remettre toujours en cause la « faiblesse » des gardiennes de but féminines) ? Et qui pour défendre l’intérêt d’expérimentations de la pratique du football en mixité[2].

Dans ce contexte, oui, quelle déception que de constater qu’au lieu de profiter de l’occasion pour déconstruire toutes les fausses évidences qui polluent la perception du foot féminin, le site footdelles.com participe à leur reproduction. Ainsi, il n’a publié qu’un seul article suite aux propos de Zlatan Ibrahimovic, et en l’occurrence un article titré « Zlatan : la fausse polémique », qui niait le caractère sexiste desdits propos, en usant de formules méprisantes telles que « il est évident que la comparaison entre ces deux footballs ne tient pas la route », ou encore en mettant en avant, à sa décharge, le fait que le joueur suédois aurait tenté de convaincre sa compatriote Lotta Schelin de s’engager au PSG. Il est vrai que Zlatan n’en est pas à son premier coup d’essai. La polémique, il connaît et il la manie à la perfection. C’est sans doute ce qui explique aussi qu’il compte autant de fans parmi les journalistes. Cependant, ce que nous attendons d’un site supposé promouvoir le foot féminin est à la fois d’être intransigeant envers les commentaires dépréciatifs sur le foot féminin[3] et d’aider la frange la moins avertie de son public à remettre en question ses représentations.

En tant que féministes, nous ne connaissons que trop bien ces reproches qui nous sont si souvent adressés lorsque nous nous indignons face à une énième manifestation de sexisme : « vous n’avez pas de sens de l’humour, ce n’était qu’une mauvaise blague » ; « vous exagérez, vous voyez vraiment le mal partout », ou, pire, « à force de vous plaindre, vous allez finir par desservir votre cause ». Cette suffisance reflète bien les rapports de force qui régissent tous les secteurs de la société (y compris le sport), et qui dictent aux femmes jusqu’où elles peuvent pousser leurs revendications et à quel moment elles doivent rester silencieuses. Nous n’avons pas envie de nous taire et nous cherchons des allié-e-s. Pourrons-nous compter sur vous à l’avenir ?


[1] Les Dégommeuses avaient déjà eu l’occasion de réagir publiquement ces derniers mois aux propos de Bernard Lacombe, Pierre Ménès, Laurent Blanc ou encore Gennaro Gattuso, laissant tous plus ou moins entendre que le foot n’était pas une affaire de filles.

[2] Si Helen MacArthur a pu faire reconnaître qu’elle avait le niveau des navigateurs masculins – dans un sport exigeant aussi de la force physique –, n’est-ce pas d’abord parce qu’elle a été autorisée à concourir dans la même catégorie qu’eux?

[3] Zlatan Ibrahimovic ne s’est d’ailleurs pas contenté de dire que la comparaison entre hommes et femmes dans le foot ne tenait pas debout ; à la question de savoir quel serait le cadeau le plus adapté pour récompenser la recordwoman des sélections en équipe de Suède, il a répondu ceci : « on pourrait lui offrir un vélo avec mon autographe et cela suffira ! ». Pour mémoire, le détenteur du record en équipe de Suède masculine avait eu droit à une Volvo flambant neuve.

foot | Les Dégommeuses | militantisme | sexisme | sport | 18.10.2013 - 08 h 50 | 2 COMMENTAIRES
Le quiz des Dégommeuses contre le sexisme et l’homophobie dans le foot

Dans le cadre des Semaines d’Action de FARE (Football against racism in Europe), les Dégommeuses lancent un « quiz foot » destiné à sensibiliser les supporters contre le sexisme et l’homophobie. Il sera baptisé à l’occasion d’une action militante devant le Parc des Princes, ce samedi 19 octobre, avant le match PSG/Bastia.

quiz5-page-001

foot | Les Dégommeuses | militantisme | Non classé | sport | 21.08.2013 - 15 h 12 | 1 COMMENTAIRES
Conférence de Manchester « Football Fans v. Homophobia : un billet à composter contre les LGBT-phobies

Manchester vit pour le foot… A Manchester, le monument sans doute le plus visité est le Football National Museum. On y trouve une collection impressionnante d’objets, plus ou moins insolites. Par exemple une casquette* offerte à Sue Lopez, légende du football féminin, à l’occasion de sa sélection en équipe d’Angleterre pour affronter l’Irlande du Nord, en septembre 1973. La légende signale opportunément : « la casquette était cousue-maison [avec les petites mains des joueuses, peut-être ??], car la fédération anglaise de football féminin ne pouvait pas s’offrir des casquettes officielles » (sic).

A Manchester, il y a surtout deux équipes de foot qui se livrent depuis des décennies une lutte sans merci, incarnée par la rivalité des frères ennemis Liam et Noël Gallagher, du groupe Oasis… D’un côté les Reds de Manchester, où Eric Cantona a conquis la gloire dans les 80’s ; de l’autre les blues de City, le club de la « working class » – une anomalie dans le foot où les clubs des classes populaires endossent généralement le rouge quand les bourgeois préfère voir flotter le bleu sur leurs épaules.

A Manchester, il y a enfin des fans de foot engagés, emmenés par Lou Englefield et une troupe de filles fort sympathiques, qui ont fondé le réseau Football v Homophobia afin de faire émerger la problématique de l’homophobie dans le foot, d’abord en Angleterre puis à l’international.

En partenariat avec FARE (un réseau qui lutte contre le racisme et les discriminations dans le foot), Football v Homophobia organisait, le 17 août, à Manchester, donc, la première conférence « Fans against homophobia ».

Elle a accueilli 130 participants venus de 29 pays. Parmi les intervenants, on trouvait des membres de groups de supporters, des activistes de la communauté LGBT, des officiels issus de différentes ONG, et même un représentant de l’UEFA. Dans le contexte des Mondiaux d’athlétisme de Moscou et alors que la Russie s’apprête à recevoir les Jeux Olympiques d’hiver à Sotchi, les délégations présentes n’ont pas manqué d’interpeller ce dernier sur la position de l’UEFA, appelant à une position ferme pour la défense des droits des LGBT face aux dérives liberticides. Les réponses sont hélas restées évasives. On a pu également regretter une visibilité encore trop faible des femmes à la tribune (lors des séances plénières, à tout le moins), malgré les efforts manifestes des organisatrices sur le sujet. Il reste encore à faire (et à questionner) sur ce point ; de même qu’en ce qui concerne la représentation des minorités « of color ».

Image2

Les Dégos avec le réseau « Frauen im Fussball Netzwerk »

Néanmoins, la conférence aura drainé un public aussi divers que nombreux, mis en avant comme rarement auparavant les populations trans ; et elle aura permis aux Dégommeuses de nouer des contacts avec différents groupes, dont celui des F_in Frauen im FuBball – des filles qui luttent pour faire entendre la voix des supportrices femmes en Allemagne. Les communications présentées par nos ami-e-s allemand-e-s furent d’ailleurs parmi les plus inspirantes de la conférence, tant il est vrai que culture du supporterisme et respect des minorités sexuelles semblent étonnamment faire bon ménage outre-Rhin.

Une demi-douzaine ateliers était proposée durant la journée, portant sur les campagnes internationales, les outils innovants, les groupes de supporters, la transphobie dans le foot, etc. Les Dégommeuses étaient invitées à présenter leur campagne « Foot For Love » dans le cadre du premier workshop ayant trait aux campagnes internationales.

Au terme de ce voyage à Manchester, nous repartons avec de nouveaux encouragements et plus que jamais l’envie de défendre la cause des femmes et des LGBT dans le monde du football, en France et au-delà, fortes de nouvelles alliances.

Cécile Chartrain

A la fin des années 1880, les footballeurs sélectionnés en équipe nationale d’Angleterre devaient se présenter dans le stade vêtus d’une casquette (« cap » en anglais) en soie blanche, avec une rose rouge brodée à la hauteur du front. L’usage consistant à offrir une casquette aux joueurs et joueuses sélectionné-e-s en équipe nationale, à chaque convocation, a perduré. Le terme anglais a été francisé de sorte qu’on emploie encore le mot « cape » pour évoquer la sélection d’un joueur ou d’une joueuse en équipe nationale.

halle2

(c) Ariane Gramelspacher.

 

foot | La p'tite Blan | Les Dégommeuses | militantisme | prison | Sidaction | sport | 15.07.2013 - 15 h 34 | 6 COMMENTAIRES
Sidaction 2013: les Dégommeuses entrent en prison

Image8

Dans le cadre du Sidaction 2013, un tournoi de foot a été organisé dans plusieurs établissement pénitentiaires d’Ile-de-France. Une occasion pour parler de prévention et pour faire entrer à l’intérieur des prisons une opération de sensibilisation et collecte nationale. Les Dégommeuses ont pris part en tant que bénévoles à deux de ces tournois, à Nanterre et à Meaux. Voici le récit et les photos de Bettina Blanc-Penther. 

Les Dégommeuses à Meaux

Nanterre. On traverse une université. Qu’est-ce qu’on apprend dans les amphithéâtres ? Tout au long de ces couloirs où, derrière chaque porte, une même salle accueille la même envie de s’en sortir ; pour ne pas finir là-bas, juste à coté, dans la prison de Nanterre. Dans ces salles aux faux plafonds défoncés, les élèves se tiennent pourtant la tête. Ils baillent et s’endorment, bercés par le va-et-vient de leur attention, qui les fait se relever de leur chaise toutes les dix minutes. Le soir, quand ils rentreront chez eux et qu’ils reliront leurs notes, ils se demanderont parfois pourquoi… pourquoi, à un moment de leur journée, ils ont cru nécessaire de noter les quelques lignes qu’ils ont maintenant du mal à déchiffrer sur leurs cahiers. Ils doutent depuis toujours. Ils ne savent pas que faire de leur vie, ni ce qui les a amenés à opter pour telles études plutôt que telles autres. A vingt ans, on s’ennuie. On sait juste qu’on a de la chance. La chance d’être né là plutôt que quelques kilomètres plus loin. Ces quelques pas de différence qui nous ont permis d’aller à l’université plutôt que de nous retrouver là-bas, derrière des portes qui semblent avoir été fabriquées pour la simple fonction de se fermer.

Image5

Que dire de cette chance, sinon qu’elle est injuste ? Elle nous gêne, elle nous dégoûte presque, et l’on ne sait pas ce qu’il faut en faire. Alors par facilité, on la confie à un autre que l’on met au pouvoir et qui nous dira, lui, que faire de tout ça. Chacun écoute parce qu’il ne veut pas parler, écoute cet autre qui nous dit à quoi doivent ressembler un homme ou une femme , quelle devrait être la place des immigrés en France aujourd’hui, ou ce qu’il faut penser des commutations de peine pour les détenus Par paresse et par crainte, on apprend très bien à imiter ce à quoi il faut ressembler. Ainsi, on peut faire semblant d’étudier, on peut faire semblant de travailler, parce qu’on sait à quoi doit ressembler un étudiant ou un travailleur.

Image7

Mais les prisonniers eux, que font-ils? Dans ces quelques mètres carrés ou il n’y a rien à faire, comment faire semblant d’être un homme ? Eux aussi on vingt ans. Eux aussi se demandent ce qu’ils vont devenir dans un endroit ou l’ennui est la principale occupation. Pourtant, quand on arrive sur le terrain de foot, ce sont eux qui rient et nous qui avons peur. Plus tard, ils nous demanderont pourquoi on baissait les yeux en arrivant. Très vite on a envie de se mélanger, on enfile tous les chasubles de Sidaction et les passes font vite office de paroles. Bientôt les équipes sont formées et le coup d’envoi est donné. On ne sait pas où se mettre par ce qu’ils sont forts, qu’ils courent trop vite. Mais on se prend au jeu, on court avec eux, on ne pense plus à rien d’autre que de faire progresser la balle dans le camp adverse. On se rappelle ces parties de foot où, enfant, on tâtait la balle avec ces grands cousins qui nous semblaient imbattables. On ne touche presque pas le ballon et l’on enrage quand il nous file entre les pieds. Les gaillards continuent à nous faire des passes malgré tout. Mais le temps file et à 17h, il est déjà l’heure de la douche. On échange des remerciements avant de rentrer par le couloir central, qui résonne désormais des plaisanteries des joueurs. Eux prennent la porte de droite. Nous celle de gauche.

Image12

Et c’est à ce moment qu’on réalise que la douche qu’ils vont prendre sera leur deuxième et dernière de la semaine, qu’ils ne rentreront pas chez eux en RER, comme nous, et qu’on ne rejouera plus jamais ensemble… parce que quelque part  – on ne sait où, ni pourquoi, ni comment -une différence infime s’était glissée entre nous.

Image13

« Le foot c’est une simulation de normalité. Dans la demi-heure où tu joues, tu as l’impression de faire une chose qu’on fait aussi dehors, une chose qui n’est pas entièrement déformée par la prison. Mais à la fin du match la réalité reprend le dessus, et quand on te renferme à plusieurs tours de clés, tu es laissé à ta propre nostalgie.

Adriano Sofri, intellectuel et journaliste italien condamné à 22 années de prison.

Image14

Publicité