6268 Les Dégommeuses | Foot For Love

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Foot For Love
Taclons la lesbophobie!
foot | Les Dégommeuses | militantisme | 01.03.2014 - 16 h 50 | 0 COMMENTAIRES
Open Games in Russia: LGBT propaganda

Propaganda #1: Nastya, organizer

 

Propaganda #2: Tanja, organizer

Propaganda #2: Tanja, organizer

Propaganda #2: Yulia, organizer

Propaganda #3: Yulia, organizer

Propaganda #: Elena, player

Propaganda #4 : Elena, player

Propaganda #7: Yulia, referee

Propaganda #5: Yulia, referee

Propaganda #8: Irina, player

Propaganda #6: Irina, player

Propaganda: Cyril, volunteer

Propaganda #7 : Cyril, volunteer

Les Dégommeuses | 28.02.2014 - 11 h 03 | 3 COMMENTAIRES
Open Games à Moscou : ces archives LGBT qu’on ne saurait montrer

Pour aller chez Elena Goussiatinskaia, il faut traverser toute la périphérie nord de Moscou. Son appartement, dans un grand immeuble en briques, abrite un trésor : les archives lesbiennes et gays qu’elle et ses ami-e-s ont patiemment constituées depuis le début des années 90. La perestroïka, avec ses promesses d’ouverture, avait en effet marqué le début d’une très grande effervescence dans le milieu homosexuel. Des revues gays et lesbiennes, parfois imprimées artisanalement, avaient vu le jour, et même les journaux généralistes commençaient à s’intéresser aux questions liées à la sexualité. C’était l’époque, nous dit Elena, où « nous croyions encore que l’information et l’éducation feraient reculer l’homophobie ». Les archives étaient donc une façon de contribuer à l’écriture d’une histoire collective mais aussi de mettre à disposition du public et des chercheurs ces matériaux dans une salle de lecture à domicile – qui aujourd’hui se trouve dans l’appartement d’Elena.

Vivantes, ces archives le sont toujours. Hier soir, comme tous les mois, une dizaine de gays et de lesbiennes de Moscou sont venu-e-s emprunter des bouquins  et discuter de l’actualité culturelle et politique – « La vie d’Adèle » fait débat en Russie aussi !

Hier, nous  avons donc discuté pendant des heures, en mangeant des blinis à la confiture de pommes et en buvant du café turc. J’ai pris des dizaines de photos et de vidéos du lieu, des gens, des documents, mais je ne vous les montrerai pas.

Je ne vous montrerai pas le cœur des archives, la « salle de consultation » et sa bibliothèque avec vitrine où sont classés les ouvrages littéraires et les essais traitant de l’homosexualité.

Je ne vous montrerai pas les boîtes dans lesquelles sont rangées les coupures de presse, véritable mine d’or pour qui aura envie de s’y pencher.

Je ne vous montrerai pas les couvertures érotiques des magazines gays, ni les poèmes lesbiens imprimés à l’alcool qu’Elena a disposés avec soin sur le couvercle de son piano pour que je les photographie.

Je ne vous montrerai pas non plus le registre sur lequel Elena note mois après mois les noms des dizaines de personnes qui, souvent informées par le bouche à oreille, ont participé aux soirées de discussion.

Je ne vous montrerai pas, enfin, l’accolade entre Elena et l’un de ses amis qui avait participé à la constitution des archives, de passage à Moscou après vingt ans d’exil au Canada.

Je ne vous montrerai pas tout ça parce que, comme le dit Elena, « si on découvre que j’ai tout ça ici, chez moi, il pourrait y avoir des bandes de fachos qui voudront tout saccager, brûler les documents, jeter par la fenêtre les archives. Et ma mission, que j’ai envie de bien faire, est de préserver ces archives ». C’est aussi ça, la Russie de Poutine.

Une photo, une vieille photo, j’ai quand même envie de vous la montrer. C’est un hommage à Elena et à ses magnifiques compagnonnes de route qui se sont battues et continuent à se battre pour faire vivre la mémoire des LGBT russes.

DSCN0248

 

PS : Hier, premier jour de compétitions. Une femme trans, l’une des premières athlètes trans à être visibles en Russie, a gagné la médaille d’or au tennis de table. L’atelier de patinage artistique, animé par Konstantin, a été annulé après une demie heure seulement pour des « problèmes techniques » à la patinoire. Les patrons du lieu ont admis avoir eu un appel de signalement parce que « des individus étranges » étaient sur la glace.

foot | Les Dégommeuses | militantisme | 27.02.2014 - 11 h 06 | 1 COMMENTAIRES
Ouverture des Open Games à Moscou : cette cérémonie sans applaudissements…

Étiquettes : , ,

(English below)

Quelques heures avant le début de la Cérémonie d’ouverture des Open Games, alors que la délégation française survolait encore les bois de bouleaux recouverts de neige, la fédération sportive LGBT russe vivait l’enfer : plus de la moitié des sites sportifs déclaraient forfait, l’hôtel censé accueillir une quarantaine d’athlètes LGBT venus de toute la  Russie faisait savoir qu’il annulait la réservation parce que « un groupe d’enfants était logé à l’hôtel » et même le lieu de déroulement  de la cérémonie, réservé depuis des semaines, n’était finalement plus disponible. Ainsi va la vie des lesbiennes, gays, trans dans la Russie de Poutine. Une vie de sous-entendus sournois, de harcèlement policier, de pressions gouvernementales, mais aussi de solidarité communautaire et de détermination sans faille pour continuer à résister et être visibles. « Ces jeux auront bien lieu », déclaraient donc hier Konstantin Iablotski et Viktor Romanov, les fondateurs de la Fédération sportives gay et lesbiennes russe, lors de la cérémonie d’ouverture improvisée au sous-sol d’un bar du centre ville de Moscou. Une cérémonie, il faut le souligner, qui avait l’allure d’une rencontre clandestine : non seulement elle avait lieu derrière un épais rideau surveillé, mais les applaudissements y étaient interdits, par peur d’attirer l’attention des autres clients du bar. C’est en secouant les mains en l’air que le public muet a exprimé tout au long de la soirée sa grande émotion et le bonheur d’être là.

Pas d'applaudissements pour ne pas attirer l'attention

Pas d’applaudissements pour ne pas attirer l’attention

Parmi les moments forts de la cérémonie, le déploiement du drapeau arc-en-ciel amené depuis la France par la délégation de Paris 2018, qui accueillera les Gay Games dans quatre ans. Ce même drapeau avait traversé Paris et Rennes lors du Relais pour l’Egalité qui avait été organisé en correspondance de l’ouverture des Jeux de Sotchi. Elvina Yuvakaeva, l’une des organisatrices de Open Games, a remercié la trentaine de personnes venues de l’étranger en signe de solidarité avec la communauté LGBT russe, soulignant que « les soutiens internationaux ont été et continuent à être déterminants » dans l’organisation des Open Games et dans la bataille pour les droits des LGBT en Russie.*

La délégation de Paris 2018 avec le drapeau arc-en-ciel du relais pour l’égalité

Le clou de la cérémonie à été l’arrivée sur scène de Greg Louganis. Le plurimédaillé olympique, ouvertement gay et séropositif, a salué le courage et la ténacité de ses  hôtes et a lu une lettre qu’il a écrite à son « soi » âgé de 16 ans. « Je sais que tu ne me crois pas, mais les choses vont s’améliorer, et que ces années noires vont être derrière toi » a-t-il affirmé, ému, évoquant notamment une tentative de suicide à l’adolescence.  « Tu vas tomber plusieurs fois, mais tu vas te relever,  tu vas aimer ta vie et les gens qui la partageront avec toi », a-t-il conclu devant des dizaines de mains levées en signe d’émotion partagée. Un message d’espoir dont ont bien besoin les jeunes LGBT russes aujourd’hui.

(Translation: Mark Naimark for gaygames.org)

A few hours before the start of opening ceremony of the Russian Open Games, while the French delegation was still flying over the snow-covered birch forests, the Russian LGBT Sports Federation was going through hell. More than half the sports venues had canceled. The hotel that was supposed to house forty athletes from all over Russia canceled as well, giving the excuse that “a group of children was staying at the hotel”. Even the club where opening ceremony was to take place, which had been reserved for several weeks, was “no longer available”.

This is the life of LGBTs in Putin’s Russia. A life of nasty suggestions, of police harassment, of government pressure. But also a life of community solidarity and steadfast determination to continue to resist and to remain visible. “The games will take place”, assured Konstantin Yablotskiy and Viktor Romanov, founders of the Russian LGBT Sports Federation at the opening ceremony, organized at the last minute in the basement of a bar in the center of Moscow. A ceremony that seemed more like a clandestine meeting: behind a thick curtain, carefully monitored to prevent outsiders from entering, no applause, lest it draw attention from the other patrons of the bar. Those present adopted the deaf form of applause, turning their upraised hands, to express throughout the evening their emotion and happiness at being present.

Among the highlights of the ceremony, the presentation of the rainbow flag brought from France by Paris 2018, host of the tenth edition of the Gay Games. This same flag had been carried through Paris and other cities in France as part of the Remote Pride House “Relays for Equality” organized by the Réseau Egalité in solidarity with Sochi. Elvina Yuvakaeva, chair of the ROG, thanked the thirty-odd foreigners present for their solidarity with the Russian LGBT community. She stated that “international support has been and continues to be essential” in the organization of the ROG and the defense of LGBT rights in Russia.

But the most silent applause was for Greg Louganis. The multimedal Olympic divers, gay and HIV-positive, saluted the courage and tenacity of our hosts. He read a letter he wrote to himself at age 16 (read it here): “I know you won’t believe me, but it will get better, and these dark years will soon be behind you”, moved as his spoke of a teenage suicide attempt. “You will fall and fall again, but you’ll pick yourself up. You will love life and the people who share it with you,” he concluded to the sight of dozens of hands raised in silent applause for a message of hope to be heard by young Russian LGBTs today.

foot | Les Dégommeuses | militantisme | sexisme | sport | 18.10.2013 - 08 h 50 | 2 COMMENTAIRES
Le quiz des Dégommeuses contre le sexisme et l’homophobie dans le foot

Dans le cadre des Semaines d’Action de FARE (Football against racism in Europe), les Dégommeuses lancent un « quiz foot » destiné à sensibiliser les supporters contre le sexisme et l’homophobie. Il sera baptisé à l’occasion d’une action militante devant le Parc des Princes, ce samedi 19 octobre, avant le match PSG/Bastia.

quiz5-page-001

foot | Les Dégommeuses | militantisme | Non classé | sport | 21.08.2013 - 15 h 12 | 1 COMMENTAIRES
Conférence de Manchester « Football Fans v. Homophobia : un billet à composter contre les LGBT-phobies

Manchester vit pour le foot… A Manchester, le monument sans doute le plus visité est le Football National Museum. On y trouve une collection impressionnante d’objets, plus ou moins insolites. Par exemple une casquette* offerte à Sue Lopez, légende du football féminin, à l’occasion de sa sélection en équipe d’Angleterre pour affronter l’Irlande du Nord, en septembre 1973. La légende signale opportunément : « la casquette était cousue-maison [avec les petites mains des joueuses, peut-être ??], car la fédération anglaise de football féminin ne pouvait pas s’offrir des casquettes officielles » (sic).

A Manchester, il y a surtout deux équipes de foot qui se livrent depuis des décennies une lutte sans merci, incarnée par la rivalité des frères ennemis Liam et Noël Gallagher, du groupe Oasis… D’un côté les Reds de Manchester, où Eric Cantona a conquis la gloire dans les 80’s ; de l’autre les blues de City, le club de la « working class » – une anomalie dans le foot où les clubs des classes populaires endossent généralement le rouge quand les bourgeois préfère voir flotter le bleu sur leurs épaules.

A Manchester, il y a enfin des fans de foot engagés, emmenés par Lou Englefield et une troupe de filles fort sympathiques, qui ont fondé le réseau Football v Homophobia afin de faire émerger la problématique de l’homophobie dans le foot, d’abord en Angleterre puis à l’international.

En partenariat avec FARE (un réseau qui lutte contre le racisme et les discriminations dans le foot), Football v Homophobia organisait, le 17 août, à Manchester, donc, la première conférence « Fans against homophobia ».

Elle a accueilli 130 participants venus de 29 pays. Parmi les intervenants, on trouvait des membres de groups de supporters, des activistes de la communauté LGBT, des officiels issus de différentes ONG, et même un représentant de l’UEFA. Dans le contexte des Mondiaux d’athlétisme de Moscou et alors que la Russie s’apprête à recevoir les Jeux Olympiques d’hiver à Sotchi, les délégations présentes n’ont pas manqué d’interpeller ce dernier sur la position de l’UEFA, appelant à une position ferme pour la défense des droits des LGBT face aux dérives liberticides. Les réponses sont hélas restées évasives. On a pu également regretter une visibilité encore trop faible des femmes à la tribune (lors des séances plénières, à tout le moins), malgré les efforts manifestes des organisatrices sur le sujet. Il reste encore à faire (et à questionner) sur ce point ; de même qu’en ce qui concerne la représentation des minorités « of color ».

Image2

Les Dégos avec le réseau « Frauen im Fussball Netzwerk »

Néanmoins, la conférence aura drainé un public aussi divers que nombreux, mis en avant comme rarement auparavant les populations trans ; et elle aura permis aux Dégommeuses de nouer des contacts avec différents groupes, dont celui des F_in Frauen im FuBball – des filles qui luttent pour faire entendre la voix des supportrices femmes en Allemagne. Les communications présentées par nos ami-e-s allemand-e-s furent d’ailleurs parmi les plus inspirantes de la conférence, tant il est vrai que culture du supporterisme et respect des minorités sexuelles semblent étonnamment faire bon ménage outre-Rhin.

Une demi-douzaine ateliers était proposée durant la journée, portant sur les campagnes internationales, les outils innovants, les groupes de supporters, la transphobie dans le foot, etc. Les Dégommeuses étaient invitées à présenter leur campagne « Foot For Love » dans le cadre du premier workshop ayant trait aux campagnes internationales.

Au terme de ce voyage à Manchester, nous repartons avec de nouveaux encouragements et plus que jamais l’envie de défendre la cause des femmes et des LGBT dans le monde du football, en France et au-delà, fortes de nouvelles alliances.

Cécile Chartrain

A la fin des années 1880, les footballeurs sélectionnés en équipe nationale d’Angleterre devaient se présenter dans le stade vêtus d’une casquette (« cap » en anglais) en soie blanche, avec une rose rouge brodée à la hauteur du front. L’usage consistant à offrir une casquette aux joueurs et joueuses sélectionné-e-s en équipe nationale, à chaque convocation, a perduré. Le terme anglais a été francisé de sorte qu’on emploie encore le mot « cape » pour évoquer la sélection d’un joueur ou d’une joueuse en équipe nationale.

halle2

(c) Ariane Gramelspacher.

 

Afrique du Sud | Les Dégommeuses | Lesbiennes | militantisme | Non classé | solidarité internationale | Zanele Muholi | 18.07.2013 - 15 h 17 | 1 COMMENTAIRES
« Dear Dudu »: letter to a young 26 old woman murdered for being lesbian

Dudu Zozo, a young 26 year old lesbian, was murdered a few steps away from her home on June 30. Her body was found with a toilet brush inserted into her vagina.
The funeral, which had to take place on July 6., had to be postponed to the 13. because the family had no money to pay the for vituailles and transport.

Les Dégommeuses, with two other French lesbian organizations (Fol Effet & FTN) and private donors raised some funds to help the Here is the message that we sent to Dudu & relatives.

 

Picture by Collen Mfazwe for Inkanyiso

Picture by Collen Mfazwe for Inkanyiso

« We stood by grave site and waited for her coffin to be lowered…
We were all hurt, comrades on the other side chanting songs of freedom »
Dear Dudu,
Incredulity, sadness, pain, disgust, anger, rage, compassion, support… We are missing words to express the deep emotion caused by your passing.
In France, where we live, that is thousands of kilometers away from Thokoza, it is so strange to have the impression of having lost one member of our family; and to fear for the future of each of y/our remaining sisters in South-Africa.
Indeed, we lesbians – South African and French, black and white, rich and poor, young and elderly… – belong to the same family. This family is all the more united as it has been chosen. Because we might not choose who we are, but we choose where we go, and above all with whom we want to go… Therefore, the world must know that our family is and it will always be PROUD and INDESTRUCTIBLE, even when it is eaten away by grief like today. And your coward attackers must also know that each time one of us dies another one will stand erect for two.
Dudu, we will not forget you, as we will not forget all other lesbians, victims of stupidity, hate and ferocity, who died for not denying themselves.
May your memory give us the strength to fight even harder, each day, for a fairer and worthier world, where lesbians, gays and trans will at last have the possibility to be what they are and to love who they love in peace.
With all our affection and respect.
Les Dégommeuses, with Fol Effet and Collectif FTN

Please check out LGBT media Inkanyiso for more information

foot | La p'tite Blan | Les Dégommeuses | militantisme | prison | Sidaction | sport | 15.07.2013 - 15 h 34 | 6 COMMENTAIRES
Sidaction 2013: les Dégommeuses entrent en prison

Image8

Dans le cadre du Sidaction 2013, un tournoi de foot a été organisé dans plusieurs établissement pénitentiaires d’Ile-de-France. Une occasion pour parler de prévention et pour faire entrer à l’intérieur des prisons une opération de sensibilisation et collecte nationale. Les Dégommeuses ont pris part en tant que bénévoles à deux de ces tournois, à Nanterre et à Meaux. Voici le récit et les photos de Bettina Blanc-Penther. 

Les Dégommeuses à Meaux

Nanterre. On traverse une université. Qu’est-ce qu’on apprend dans les amphithéâtres ? Tout au long de ces couloirs où, derrière chaque porte, une même salle accueille la même envie de s’en sortir ; pour ne pas finir là-bas, juste à coté, dans la prison de Nanterre. Dans ces salles aux faux plafonds défoncés, les élèves se tiennent pourtant la tête. Ils baillent et s’endorment, bercés par le va-et-vient de leur attention, qui les fait se relever de leur chaise toutes les dix minutes. Le soir, quand ils rentreront chez eux et qu’ils reliront leurs notes, ils se demanderont parfois pourquoi… pourquoi, à un moment de leur journée, ils ont cru nécessaire de noter les quelques lignes qu’ils ont maintenant du mal à déchiffrer sur leurs cahiers. Ils doutent depuis toujours. Ils ne savent pas que faire de leur vie, ni ce qui les a amenés à opter pour telles études plutôt que telles autres. A vingt ans, on s’ennuie. On sait juste qu’on a de la chance. La chance d’être né là plutôt que quelques kilomètres plus loin. Ces quelques pas de différence qui nous ont permis d’aller à l’université plutôt que de nous retrouver là-bas, derrière des portes qui semblent avoir été fabriquées pour la simple fonction de se fermer.

Image5

Que dire de cette chance, sinon qu’elle est injuste ? Elle nous gêne, elle nous dégoûte presque, et l’on ne sait pas ce qu’il faut en faire. Alors par facilité, on la confie à un autre que l’on met au pouvoir et qui nous dira, lui, que faire de tout ça. Chacun écoute parce qu’il ne veut pas parler, écoute cet autre qui nous dit à quoi doivent ressembler un homme ou une femme , quelle devrait être la place des immigrés en France aujourd’hui, ou ce qu’il faut penser des commutations de peine pour les détenus Par paresse et par crainte, on apprend très bien à imiter ce à quoi il faut ressembler. Ainsi, on peut faire semblant d’étudier, on peut faire semblant de travailler, parce qu’on sait à quoi doit ressembler un étudiant ou un travailleur.

Image7

Mais les prisonniers eux, que font-ils? Dans ces quelques mètres carrés ou il n’y a rien à faire, comment faire semblant d’être un homme ? Eux aussi on vingt ans. Eux aussi se demandent ce qu’ils vont devenir dans un endroit ou l’ennui est la principale occupation. Pourtant, quand on arrive sur le terrain de foot, ce sont eux qui rient et nous qui avons peur. Plus tard, ils nous demanderont pourquoi on baissait les yeux en arrivant. Très vite on a envie de se mélanger, on enfile tous les chasubles de Sidaction et les passes font vite office de paroles. Bientôt les équipes sont formées et le coup d’envoi est donné. On ne sait pas où se mettre par ce qu’ils sont forts, qu’ils courent trop vite. Mais on se prend au jeu, on court avec eux, on ne pense plus à rien d’autre que de faire progresser la balle dans le camp adverse. On se rappelle ces parties de foot où, enfant, on tâtait la balle avec ces grands cousins qui nous semblaient imbattables. On ne touche presque pas le ballon et l’on enrage quand il nous file entre les pieds. Les gaillards continuent à nous faire des passes malgré tout. Mais le temps file et à 17h, il est déjà l’heure de la douche. On échange des remerciements avant de rentrer par le couloir central, qui résonne désormais des plaisanteries des joueurs. Eux prennent la porte de droite. Nous celle de gauche.

Image12

Et c’est à ce moment qu’on réalise que la douche qu’ils vont prendre sera leur deuxième et dernière de la semaine, qu’ils ne rentreront pas chez eux en RER, comme nous, et qu’on ne rejouera plus jamais ensemble… parce que quelque part  – on ne sait où, ni pourquoi, ni comment -une différence infime s’était glissée entre nous.

Image13

« Le foot c’est une simulation de normalité. Dans la demi-heure où tu joues, tu as l’impression de faire une chose qu’on fait aussi dehors, une chose qui n’est pas entièrement déformée par la prison. Mais à la fin du match la réalité reprend le dessus, et quand on te renferme à plusieurs tours de clés, tu es laissé à ta propre nostalgie.

Adriano Sofri, intellectuel et journaliste italien condamné à 22 années de prison.

Image14

Afrique du Sud | Foot for love | Les Dégommeuses | Lesbiennes | militantisme | 24.06.2013 - 00 h 42 | 5 COMMENTAIRES
Foot For Love : un an déjà…

« Etre libre, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres » (Nelson Mandela)

Il y a un an jour pour jour (le 22 juin 2012), une délégation composée de footballeuses du Thokozani Football Club d’Umlazi et de quelques militantes sur-motivées venues des townships d’Afrique du Sud débarque à Paris.
Nous sommes deux copines, parmi la petite bande fondatrice des Dégommeuses, à les accueillir à l’aéroport Charles de Gaulle Etoile. On n’a pas dormi de la nuit, sous le coup de l’excitation, mais c’est plutôt l’appréhension qui prend le dessus au petit matin. Il est 6 heures.  Les hommes d’affaire, les jeunes couples d’amoureux et les familles d’expats passent… on attend, on tourne en rond, on cherche un café, on s’impatiente, on attend, on tourne en rond…
Et puis soudain un attroupement, derrière la porte vitrée : des t-shirts et des vestes de sport, des shorts et des bermudas moulant des cuisses solides ; des tongs et des baskets ; des cheveux rasés, et des dreadlocks qui dépassent, sous une foison de casquettes et de bonnets multicolores… devant, une femme un peu plus âgée tire avec un air assez sérieux un chariot rempli de grosses valises… pas de doute, c’est Lizzy, l’entraîneuse de l’équipe, dont on a bien compris au cours des échanges mails qui ont précédé l’arrivée du groupe, qu’elle jouait autant le rôle de mère de substitution que d’entraîneure… Le Thokozani FC est dans la place !

Quelques mots de bienvenue en anglais. On propose d’aider à porter les bagages, mais la mouvance butch de l’équipe visiteuse a déjà pris les devants. Dans le RER, on se jauge entre curiosité et incrédulité ; avec même un brin de méfiance, peut-être, pour les plus impressionnées. Agnès et moi restons benoîtement debout pendant un moment, alors que le train est à moitié vide… Princess, Mbilo et Sané se mettent spontanément sur un rang en retrait par rapport aux autres… tandis que Nkozi (qui plaisante peut-être déjà sur ses futures conquêtes parisiennes) fait des blagues avec Nqo, Harmony, Terra et Slie. Ntando, Luh et Akona partagent quant à elles une conversation passionnée, quoiqu’apparemment plus sérieuse ; conversation à peine perturbée par la distribution de gâteaux – qu’elles avalent toutes deux par deux (sinon trois par trois).

On pose la quinzaine de valises dans l’appart’ du passage Brady. On se répartit 2 lits et un petit canapé pour une sieste presqu’aussi courte que le p’tit dej’ qu’on vient d’avaler. Notre voisine du-dessus, centenaire en vacances prolongées, a laissé gentiment ses clefs pour l’occasion. Au réveil, Zanele Muholi, la photographe et fondatrice du club, qui accompagne les filles dans leur périple parisien, dispense déjà ses premiers « cours de militantisme ». Elle rappelle la genèse du projet de semaine d’action contre la lesbophobie qui justifie leur venue à Paris, expliquant que tout le monde ici a travaillé bénévolement pour cet évènement, et que personne n’empochera un euro sur leur dos ; elle insiste pour que les yeux et les oreilles s’ouvrent, malgré la fatigue, alors que l’on s’apprête déjà à reprendre la route pour aller honorer sur son stand, au festival Solidays, la Région Ile de France (un des partenaires principaux de « Foot For Love »).

 

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Foot For Love – The Thokozani Football Club in Paris

Parce que ces moments, et beaucoup d’autres qui ont suivi pendant les 8 jours de « Foot For Love », sont restés gravés dans nos mémoires ; parce que, aussi, la lutte contre les viols correctifs et autres violences et discriminations lesbophobes doit continuer, les Dégommeuses ont choisi de consacrer l’essentiel de leurs efforts en 2013, à la production d’un documentaire portant sur le Thokozani FC. Réalisé en grande partie par les joueuses elles-mêmes, avec Terra (Thembela Dick) derrière la caméra, ce documentaire sera tourné principalement dans le township d’Umlazi, durant les prochains mois. Il a d’ores et déjà obtenu le label de l’Institut Français pour la « Saison sud-africaine 2012-2013 », ainsi que le soutien de la Fondation PlanetRomeo.
En guise d’avant goût, et pour fêter dignement les un an de « Foot For Love », nous proposons aux lecteurs et lectrices de Yagg un film court consacré à cet évènement. Il a été réalisé et monté par Elise Lobry et Veronica Noseda, pour les Dégommeuses, à partir d’images et des sons récupérés par plusieurs complices amateur-e-s et professionnel-le-s*.
Cécile pour Les Dégommeuses
En espérant que l’âme de « Foot For Love » demeure très longtemps.
*Un grand merci à Vincent Douris, Estelle Fenech, Julie Garcia (pour Télédebout), Chriss Lag, Maëlle Le Corre, Christophe Martet

Les Dégommeuses | sport | 23.05.2013 - 12 h 38 | 2 COMMENTAIRES
Retour en images sur le TIP

20130518_103302

Les Bleues tentent désespérément d’impressionner les adversaires

20130518_091349

Les Dégos au complet avant le tournoi

TIP_2013_ 017 (2)

La force noire! Dégos Maradona

TIP_2013_ 011 (2)

La force rouge – Dégos de la Vega

1368861735996

Les maillots les plus chics du TIP!

20130518_141038

Go les Dégos (with Crash Test as Guest star)

20130518_140940

Euh, c’est une chaussure de foot, ça?

20130518_110418

Premiers bobos, premiers câlins de Coach KD!

20130518_121356

« Ce n’est pas parce qu’on débarque à midi la bouche en fleur qu’on n’est pas sérieuses »!

20130518_110051

Dopage

Platine-i!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ariane, the looseuse of the cheers!

TIP_2013_ 013 (2)

La force bleue – The warriors

 

 

 

 

 

 

 

Les Dégommeuses | sexisme | sport | 13.05.2013 - 09 h 28 | 11 COMMENTAIRES
Des footballeuses agressées dans l’indifférence générale dans un stade parisien

Étiquettes : , ,

Logo rogné

Communiqué de presse

Paris, le 13 mai 2013

Alors que cette semaine sera marquée par l’organisation des premiers Etats Généraux du sport féminin en équipe, à Bourges, les 16 et 17 mai, l’association Les Dégommeuses tient à alerter l’ensemble de la communauté sportive quant aux violences et aux discriminations quotidiennes que rencontrent les femmes engagées dans la pratique sportive.

Le lundi 6 mai 2013, les joueuses de l’équipe féminine de football parisienne « Les Dégommeuses »  se sont fait violemment agresser par un groupe d’adolescents, au cours d’un de leurs entraînements hebdomadaires.

Venus se poster sur le toit d’un immeuble jouxtant le terrain de football, une dizaine de jeunes garçons ont commencé par interpeller les joueuses avec des insultes sexistes (« sales putes », « suce-moi la bite », etc.) accompagnées de gestes à connotation sexuelle. Les adolescents ont ensuite mis la main sur un stock d’une vingtaine de bouteilles d’eau pleines, qu’ils ont lancées du haut du bâtiment en visant les joueuses. Si, fort heureusement, celles-ci ont réussi à esquiver les bouteilles et aucune n’a été blessée, les conséquences de ces agressions auraient pu être dramatiques.

Cette scène a duré une bonne vingtaine de minutes et s’est déroulée dans l’indifférence générale. En effet, les joueurs qui évoluaient sur l’autre moitié de terrain du stade, ce soir là, dans le cadre d’une compétition régionale de foot à 7, n’ont pas daigné réagir. Et lorsque la police est arrivée et les a questionnés, ils ont feint, pour la quasi totalité d’entre eux, de n’avoir rien vu. Quant à l’arbitre, il a déclaré qu’il avait entraperçu ce qu’il se passait, mais qu’il ne pouvait tout simplement pas interrompre un quart de finale de coupe! Les quelques employés municipaux présents dans l’enceinte ont tardé à intervenir et n’ont pas semblé mesurer bien davantage la gravité de la situation.

Face à la portée de ces faits, les Dégommeuses estiment qu’il est intolérable que des joueuses de football viennent s’entraîner avec la peur au ventre, parce qu’elles ne se sentent pas en sécurité, ou avec le sentiment qu’elles n’ont pas leur place sur un terrain de football, parce que tout est fait pour les dissuader d’occuper cet espace. Elles en appellent donc à la responsabilité des élus et de l’ensemble des acteurs de la jeunesse pour protéger les unes et éduquer les autres.

Convaincues que le changement des comportements passera avant tout par la prévention, les Dégommeuses demandent que des actions de sensibilisation contre le sexisme soient mises en œuvre très rapidement en direction à la fois des jeunes de la Ville de Paris et des agents municipaux.

Plus largement, les Dégommeuses espèrent que les faits malheureux qui se sont produits permettront de mettre en évidence la nécessité d’octroyer des moyens beaucoup plus importants pour la lutte contre le sexisme dans le milieu sportif (en particulier dans les sports traditionnellement considérés comme plutôt « masculins » comme le football) afin d’encourager et de protéger la pratique sportive des femmes.

Publicité