La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Foot For Love
Taclons la lesbophobie!
foot | Foot féminin | Les Dégommeuses | Lesbiennes | lesbophobie | militantisme | sexisme | 30.01.2015 - 09 h 47 | 1 COMMENTAIRES
Agression sexiste et lesbophobe sur un un terrain de foot de la Ville de Paris

Paris, le 30/01/2015

Communiqué conjoint Association Les Dégommeuses/ SOS homophobie

 

« Une équipe féminine de foot agressée par un entraîneur sur un terrain de la ville de Paris »

 

 

Le mercredi 28 janvier 2015, les joueuses de l’équipe féminine de football « Les Dégommeuses » ont été victimes d’actes et propos sexistes et lesbophobes au stade Louis Lumière, à Paris.

A 19h30 tapantes, une représentante des joueuses a demandé poliment à pouvoir occuper le terrain attribué aux Dégommeuses par la Mairie du 20ème arrondissement entre 19h30 et 21h. L’entraîneur d’une équipe de jeunes qui bénéficiait du créneau horaire précédent ne l’entendait pas de cette oreille. Après avoir intimé l’ordre aux jeunes qu’il encadrait de ne pas quitter le terrain, il est devenu de plus en plus agressif, passant aux insultes puis aux menaces physiques.

Choquées par son ton de voix particulièrement inadapté et ses mots grossiers, les joueuses ont d’abord demandé à l’entraîneur de se calmer en lui faisant remarquer qu’il donnait un mauvais exemple aux enfants dont il avait la charge. L’une d’entre elles a alors été violemment prise à partie verbalement : « Je vais te faire bouffer mes couilles dans ta bouche » (sic), tandis qu’une autre se faisait repousser physiquement. Puis l’entraîneur s’est tourné vers les jeunes sous sa responsabilité en les encourageant à se défouler : « allez, regardez, on applaudit les lesbiennes ! ». Cette exhortation a entraîné un déchaînement d’applaudissements collectifs, de cris et de railleries ciblant « les lesbiennes », sous l’œil visiblement satisfait de l’entraîneur, qui continuait lui-même de taper dans ses mains et de proférer des insultes.

La scène a duré plusieurs minutes avant qu’un agent de la municipalité n’intervienne.

L’association Les Dégommeuses, soutenue par SOS homophobie, exprime son choc et sa tristesse face à la gravité des faits qui se sont produits au Stade Louis Lumière, tout en soulignant que des actes similaires se déroulent trop régulièrement sur les terrains de sport sans faire l’objet d’un signalement.

En conséquence, Les Dégommeuses appellent les pouvoirs publics et l’ensemble des fédérations et instances sportives à renforcer urgemment les moyens engagés dans la lutte contre le sexisme et la lesbophobie (mais aussi la gayphobie, la biphobie, la transphobie et le racisme) dans le milieu sportif.

Elles réclament notamment la mise en place de plans de formation incluant des modules obligatoires sur le sexisme, les LGBT-phobies et les stéréotypes de genre, à l’intention des éducateurs, des dirigeants sportifs et des agents municipaux (hommes et femmes). Elles demandent également un renforcement du soutien accordé aux associations qui se consacrent au développement du sport féminin et aux actions de sensibilisation contre le sexisme et les LGBT-phobies.

Elles précisent enfin que la stigmatisation des jeunes impliqués ne serait en aucun cas une réponse valide à l’agression qu’elles ont subie, ceux-ci constituant les premières victimes de l’incompétence et de l’irresponsabilité de certains adultes.

foot | Foot féminin | Les Dégommeuses | militantisme | sexisme | sport | 15.01.2015 - 21 h 17 | 0 COMMENTAIRES
Rencontre-débat: Les pionnières du sport féminin

L’association Les Dégommeuses a le plaisir de vous inviter à la première séance de son cycle de rencontres-débats  « Femmes, genre et sport »

Les pionnières du sport féminin: De la « Course des midinettes » en 1903 à l’essor du foot féminin dans les années 1970

 

bandeau

 

Alice Milliat et le combat pour la reconnaissance internationale du sport féminin

Suzette Robichon, militante féministe, membre des Dégommeuses

L’incroyable histoire des footballeuses du FCF Reims

Armelle Binard, Nadine Julliard et Ghislaine Royer-Souef, anciennes joueuses du FCF Reims et membres de la première équipe nationale de foot féminin.

 

L’entrée des femmes dans le sport a été aussi difficile que dans d’autres domaines. Paradoxalement, la mobilisation des hommes au combat durant la première guerre mondiale favorise pourtant le développement et l’intérêt pour le sport féminin en Europe. Des championnats nationaux de football féminin (mais aussi de basket, hockey, natation) sont mis en place en France, peu après la fin de la guerre. L’engouement est tel que le premier match international de foot féminin, qui oppose une formation anglaise de Preston (les Dick Kerr’s Ladies) et une sélection des meilleures joueuses françaises, déplace plus de 25 000 spectateurs à Manchester, le 29 avril 1920. Si la française Alice Milliat se consacre inlassablement à la légitimation du sport féminin sur la scène internationale, la pratique physique et sportive apparaît aux yeux de beaucoup comme un dangereux vecteur d’émancipation des femmes. Les résistances sont souvent masquées par de prétendues justifications médicales mais pas moins opérantes. Après une longue période de mise en sommeil (et d’interdiction formelle), le foot féminin connaît un renouveau à partir de 1968. Il est incarné par les exploits des joueuses du FCF Reims, qui vont constituer l’ossature de la toute première équipe de France officielle. Au départ, il ne s’agissait que d’une blague…

 

Mardi 27 janvier, 19h-21h

Mairie du 2ème arrondissement –  Salle des expositions – 8 Rue de la Banque, 75002 Paris

Entrée libre, dans la limite des places disponibles

Accès aux personnes sourdes et malentendantes (sur inscription à l’adresse lesdegommeuses@gmail.com)

 Avec le soutien de

bandeau 2

foot | sexisme | sport | 15.01.2014 - 10 h 33 | 3 COMMENTAIRES
Ibrahimovic (et footdelles.com) zlatanés par le sexisme

Étiquettes : , , , ,

Les Dégommeuses réagissent aux propos de Zlatan sur Lotta Schelin, mais aussi à l’article « La fausse polémique Zlatan » paru sur le site Footdelles.com

En octobre dernier, les Dégommeuses menaient une action de sensibilisation contre le sexisme et l’homophobie, devant le Parc des Princes, à destination des supporters venus assister au match PSG-Bastia. Connaissant la passion des supporters parisiens pour Zlatan Ibrahimovic, et non sans y avoir réfléchi à deux fois[1], nous avons osé ce slogan : « Zlatanons le sexisme ». Malheureusement, les récentes déclarations du champion suédois nous font penser que c’est plutôt le sexisme qui a « zlatané » Ibra !

En effet, avec l’arrogance qu’on lui connaît, l’attaquant vedette du PSG s’est indigné d’avoir été comparé… à une femme ! « Quand je suis à l’étranger, on me compare à Messi et Ronaldo. Quand je rentre en Suède, on me compare à des footballeuses. L’été dernier on m’a demandé : « Qui est le meilleur : Lotta Schelin ou vous ?  (…) Non mais c’est une blague ou quoi ?! ». Comprenez : on ne peut pas comparer un footballeur à une footballeuse, parce qu’un homme qui joue au foot est  intrinsèquement plus fort et plus performant qu’une femme, c’est la nature qui le veut… Imparable, non ? Sauf, qu’à y regarder de plus près, les choses sont moins évidentes qu’il n’y paraît. Si on ne peut pas comparer Lotta Schelin à Zlatan, est-ce beaucoup moins extravagant de mettre sur le même plan Lionel Messi, qui mesure à peine 1,69cm pour 67kg, et le colosse Ibrahimovic, qui peut compter sur 25 centimètres et 30 kilos de muscles de plus que « la puce » du FC Barcelone ? Pourtant, personne ne s’offusque de cette comparaison, pas même Zlatan. Messi est d’ailleurs devenu le premier joueur à remporter quatre ballons d’or d’affilée et nombreux sont ceux qui considèrent qu’un autre lutin argentin – Diego Maradona – restera comme le meilleur joueur de l’histoire du football. Sur ce constat, les commentateurs sportifs continuent de vendre du rêve aux passionnés de foot du monde entier en leur présentant volontiers le football comme « ce sport dans lequel il est possible de réussir sans avoir un physique de titan. Au final, la seul pensé, la barrière symbolique suprême et infranchissable, est bien celle qui sépare les hommes et les femmes : toute comparaison est réfutée a priori – « ça ne se discute pas ! ».

Le « titan » Ibra, avec la « pulga » Messi

Avec cette histoire, nous sommes donc véritablement au cœur des manifestations du sexisme dans le sport. La supposée différence des sexes est ancrée – et maintenue bien figée – dans la nature pour justifier la hiérarchie des sexes : les écarts de salaires entre joueurs et joueuses, la différence de traitement médiatique qui pénalise les sportives, le dénigrement systématique que doivent subir les femmes qui s’aventurent sur des terrains de jeu traditionnellement réservés aux hommes. Certains se défendent de toute attitude sexiste en nous expliquant que, nous les femmes, avons aussi nos domaines sportifs de prédilection (rassurez-vous mesdames, personne ne s’offusquera de votre domination en patinage artistique, où votre grâce « naturelle » fait tellement merveille). Les mêmes, et d’autres encore, avancent à l’emporte-pièce – comme dans l’article publié par footdelles.com qui nous amène à réagir aujourd’hui – que si « la comparaison [entre foot masculin et foot féminin] ne tient pas la route », c’est parce que « trop d’aspects distinguent encore ces deux pratiques [sic] : la médiatisation, l’argent généré, l’audience dans les stades, l’histoire »… Mais, enfin, qui pour rappeler que la notoriété et les profits générés par Hope Solo ou Abby Wambach sur le continent nord-américain dépassent globalement ceux de leurs homologues masculins ? Qui pour signaler que si le foot féminin n’a pu se développer à la hauteur du foot masculin en Europe, c’est tout simplement parce que son succès, au début du siècle dernier, fut tel que certains prirent peur qu’il permette aux femmes une trop grande émancipation et préférèrent alors l’interdire purement et simplement ? Qui pour expliquer encore que les normes autour duquel ce sport s’est construit ont été et continuent d’être façonnées pour correspondre à des corps masculins (qu’on s’arrête ne serait-ce qu’un instant pour penser à la taille des cages au lieu de remettre toujours en cause la « faiblesse » des gardiennes de but féminines) ? Et qui pour défendre l’intérêt d’expérimentations de la pratique du football en mixité[2].

Dans ce contexte, oui, quelle déception que de constater qu’au lieu de profiter de l’occasion pour déconstruire toutes les fausses évidences qui polluent la perception du foot féminin, le site footdelles.com participe à leur reproduction. Ainsi, il n’a publié qu’un seul article suite aux propos de Zlatan Ibrahimovic, et en l’occurrence un article titré « Zlatan : la fausse polémique », qui niait le caractère sexiste desdits propos, en usant de formules méprisantes telles que « il est évident que la comparaison entre ces deux footballs ne tient pas la route », ou encore en mettant en avant, à sa décharge, le fait que le joueur suédois aurait tenté de convaincre sa compatriote Lotta Schelin de s’engager au PSG. Il est vrai que Zlatan n’en est pas à son premier coup d’essai. La polémique, il connaît et il la manie à la perfection. C’est sans doute ce qui explique aussi qu’il compte autant de fans parmi les journalistes. Cependant, ce que nous attendons d’un site supposé promouvoir le foot féminin est à la fois d’être intransigeant envers les commentaires dépréciatifs sur le foot féminin[3] et d’aider la frange la moins avertie de son public à remettre en question ses représentations.

En tant que féministes, nous ne connaissons que trop bien ces reproches qui nous sont si souvent adressés lorsque nous nous indignons face à une énième manifestation de sexisme : « vous n’avez pas de sens de l’humour, ce n’était qu’une mauvaise blague » ; « vous exagérez, vous voyez vraiment le mal partout », ou, pire, « à force de vous plaindre, vous allez finir par desservir votre cause ». Cette suffisance reflète bien les rapports de force qui régissent tous les secteurs de la société (y compris le sport), et qui dictent aux femmes jusqu’où elles peuvent pousser leurs revendications et à quel moment elles doivent rester silencieuses. Nous n’avons pas envie de nous taire et nous cherchons des allié-e-s. Pourrons-nous compter sur vous à l’avenir ?


[1] Les Dégommeuses avaient déjà eu l’occasion de réagir publiquement ces derniers mois aux propos de Bernard Lacombe, Pierre Ménès, Laurent Blanc ou encore Gennaro Gattuso, laissant tous plus ou moins entendre que le foot n’était pas une affaire de filles.

[2] Si Helen MacArthur a pu faire reconnaître qu’elle avait le niveau des navigateurs masculins – dans un sport exigeant aussi de la force physique –, n’est-ce pas d’abord parce qu’elle a été autorisée à concourir dans la même catégorie qu’eux?

[3] Zlatan Ibrahimovic ne s’est d’ailleurs pas contenté de dire que la comparaison entre hommes et femmes dans le foot ne tenait pas debout ; à la question de savoir quel serait le cadeau le plus adapté pour récompenser la recordwoman des sélections en équipe de Suède, il a répondu ceci : « on pourrait lui offrir un vélo avec mon autographe et cela suffira ! ». Pour mémoire, le détenteur du record en équipe de Suède masculine avait eu droit à une Volvo flambant neuve.

foot | Les Dégommeuses | militantisme | sexisme | sport | 18.10.2013 - 08 h 50 | 2 COMMENTAIRES
Le quiz des Dégommeuses contre le sexisme et l’homophobie dans le foot

Dans le cadre des Semaines d’Action de FARE (Football against racism in Europe), les Dégommeuses lancent un « quiz foot » destiné à sensibiliser les supporters contre le sexisme et l’homophobie. Il sera baptisé à l’occasion d’une action militante devant le Parc des Princes, ce samedi 19 octobre, avant le match PSG/Bastia.

quiz5-page-001

Les Dégommeuses | sexisme | sport | 13.05.2013 - 09 h 28 | 11 COMMENTAIRES
Des footballeuses agressées dans l’indifférence générale dans un stade parisien

Étiquettes : , ,

Logo rogné

Communiqué de presse

Paris, le 13 mai 2013

Alors que cette semaine sera marquée par l’organisation des premiers Etats Généraux du sport féminin en équipe, à Bourges, les 16 et 17 mai, l’association Les Dégommeuses tient à alerter l’ensemble de la communauté sportive quant aux violences et aux discriminations quotidiennes que rencontrent les femmes engagées dans la pratique sportive.

Le lundi 6 mai 2013, les joueuses de l’équipe féminine de football parisienne « Les Dégommeuses »  se sont fait violemment agresser par un groupe d’adolescents, au cours d’un de leurs entraînements hebdomadaires.

Venus se poster sur le toit d’un immeuble jouxtant le terrain de football, une dizaine de jeunes garçons ont commencé par interpeller les joueuses avec des insultes sexistes (« sales putes », « suce-moi la bite », etc.) accompagnées de gestes à connotation sexuelle. Les adolescents ont ensuite mis la main sur un stock d’une vingtaine de bouteilles d’eau pleines, qu’ils ont lancées du haut du bâtiment en visant les joueuses. Si, fort heureusement, celles-ci ont réussi à esquiver les bouteilles et aucune n’a été blessée, les conséquences de ces agressions auraient pu être dramatiques.

Cette scène a duré une bonne vingtaine de minutes et s’est déroulée dans l’indifférence générale. En effet, les joueurs qui évoluaient sur l’autre moitié de terrain du stade, ce soir là, dans le cadre d’une compétition régionale de foot à 7, n’ont pas daigné réagir. Et lorsque la police est arrivée et les a questionnés, ils ont feint, pour la quasi totalité d’entre eux, de n’avoir rien vu. Quant à l’arbitre, il a déclaré qu’il avait entraperçu ce qu’il se passait, mais qu’il ne pouvait tout simplement pas interrompre un quart de finale de coupe! Les quelques employés municipaux présents dans l’enceinte ont tardé à intervenir et n’ont pas semblé mesurer bien davantage la gravité de la situation.

Face à la portée de ces faits, les Dégommeuses estiment qu’il est intolérable que des joueuses de football viennent s’entraîner avec la peur au ventre, parce qu’elles ne se sentent pas en sécurité, ou avec le sentiment qu’elles n’ont pas leur place sur un terrain de football, parce que tout est fait pour les dissuader d’occuper cet espace. Elles en appellent donc à la responsabilité des élus et de l’ensemble des acteurs de la jeunesse pour protéger les unes et éduquer les autres.

Convaincues que le changement des comportements passera avant tout par la prévention, les Dégommeuses demandent que des actions de sensibilisation contre le sexisme soient mises en œuvre très rapidement en direction à la fois des jeunes de la Ville de Paris et des agents municipaux.

Plus largement, les Dégommeuses espèrent que les faits malheureux qui se sont produits permettront de mettre en évidence la nécessité d’octroyer des moyens beaucoup plus importants pour la lutte contre le sexisme dans le milieu sportif (en particulier dans les sports traditionnellement considérés comme plutôt « masculins » comme le football) afin d’encourager et de protéger la pratique sportive des femmes.

Publicité